Archive du blog

vendredi 18 mars 2016

Un exil ruineux dont on parle peu

 Les multinationales souhaite utiliser les infrastructures, une population formée sans les charges. Parfois elle font de leur fond de commerce, l'image d'une région en vendant du marketing et du rêve matinées aux herbes de Provence.... Mais pour la taxe, le charme discret du trou noir fiscal du Luxembourg est le plus fort et il attire tout ! Même si cela menace d’effondrer le système sur lui même.
1 % de la planète possèdent autant que les 99 % suivant. Cela bloque l'économie.
La rémunération du capital n'est plus possible sans croissance (qui atteint ses limites physiques).
Pour retarder le RESET sur les dettes, ils font de la planche à billets (fois 10 en 10ans de la base monétaire)
Les obligations d’états et les prêts finissent par des taux négatif.
La monnaie devient fondante.
Les capitaux vont s'investir dans l'immobilier et les biens matériels réels comme l'avait prévue Silvio Gesel provoquant une nouvelle bulle et un accaparement des biens matériels par les plus riches: terres agricoles, forets, immobilier...(Silvio Gesel inventeur de la monnaie locale)
Nous sommes gouverner par des menteurs aux services de voleurs dans un monde sourds et d'aveugles....
Pourrais t'on s'énerver, se mettre en colère et la diriger contre les menteurs et les voleurs Cela évacuerait peut être la peur des plus faibles qui monte inexorablement.....


Après la présentation cette semaine des chiffres des finances publiques par Joaquin Cester, directeur des Finances Publiques des Alpes de Haute-Provence, présentant un bilan global de l’activité économique du département sous le symbole d’un « recul historique » dû à « la restructuration d’une des grandes entreprises du département, dont la filiale s’est installée au Luxembourg », voilà que la question de l’optimisation fiscale s’invite dans le débat.

L’optimisation fiscale, de qui et quoi parle-t-on ?

Sans la nommer, cette « grande entreprise du département » qu’a pointée Joaquin Cester n’est autre que l’Occitane, basée à Manosque. Fleuron de l’industrie senteurs-saveurs de la vallée de la Moyenne Durance et symbole de la réussite d’une entreprise familiale, créée en 1976 par Olivier Baussan, devenue un groupe, dirigé par Reinold Geiger, comptant aujourd'hui cinq marques : L'OCCITANE en Provence, Melvita, Le Couvent des Minimes, Erborian et L'OCCITANE au Brésil. Avec au cœur de ses produits les principes de l’aromathérapie et de la phytothérapie, qui a fait de lui le premier groupe français coté à la Bourse de Hong Kong, et des effectifs pointant à quelques 8.000 salariés dans le monde pour un chiffre d’affaires de 1,18 milliard d’euros, en 2015.

La suite ici

mercredi 16 mars 2016

Les sans papiers et les sans exil

Les sans papiers et les sans exil

L'exil c'est pas facile,
quand tout autour de vous,
tout le monde devient fous,
Ironie, tu demandes l'asile,
Tu te faufiles dans la file,
tu franchis des miles et des miles,
pour te retrouver calez,
devant une ile.
Tu es isolé et tellement mille
tu es pressé et doit patienter,
Tu voulais tout changer,
et te retrouve cible.
Rôle que tu voulais délaissé,
comme quoi dans l'exil,
on peut tout abandonné,
sauf ce truc pas futile,
qu'est sa fatalité.
Tu veux la briser
Mais les sans-exil
en ont il la volonté !

mardi 15 mars 2016

Confiez la forêt aux Multinationales, autant prend Marc Dutroux comme nou nou

La politique de l’Union européenne (UE) sur les énergies renouvelables vise à faire baisser les émissions de CO2 en remplaçant les combustibles fossiles par des alternatives durables, et l’un de ses principaux outils est la promotion de la bioénergie. Le chauffage et l’électricité obtenus à partir de la biomasse représentent plus de la moitié des énergies renouvelables produites dans l’UE
1.Les trois quarts de cette biomasse sont constitués d’une « biomasse ligneuse », issue directement des forêts. Si les États membres devaient avoir recours à la biomasse conformément à leurs plans en matière d’énergies renouvelables, d’ici 2020, la quantité de bois utilisée à des fins énergétiques équivaudrait au volume total de bois récolté aujourd’hui dans l’UE. L’UE réfléchit actuellement au moyen d’atteindre la cible qu’elle s’est fixée pour 2030 en matière d’énergies renouvelables et la Commission européenne devrait proposer de nouvelles politiques concernant les énergies renouvelables et la durabilité de la biomasse d’ici 2016-17.
Celles-ci seront les bienvenues, car poursuivre la politique européenne actuelle en matière d’énergies renouvelables ne ferait sans doute qu’aggraver la disparition des forêts et de la biodiversité, sans réellement atténuer les effets du changement climatique.
À travers cette série de notes d’information, Fern soutient l’idée que, premièrement, les nouvelles politiques européennes en matière d’énergies renouvelables devraient reconnaître qu’il n’y a pas assez de bois disponible pour permettre de développer considérablement l’utilisation de la biomasse ; et deuxièmement, que le recours à la biomasse ligneuse ne réduit pas forcément les émissions de CO2. L’UE ne devrait donc pas autoriser les subventions permettant l’utilisation de la biomasse forestière après 2020.
Cette note d’information, la première de la série, démontre la disponibilité limitée de la biomasse forestière et propose une stratégie, à l’échelle européenne, qui permettrait d’utiliser plus efficacement les ressources en bois, qui se font rares.
suite ici: http://www.fern.org/sites/fern.org/files/Bioenergy%20briefing%20note%20final%20french.pdf


dimanche 13 mars 2016

Gestion des rémanents forestiers : préservation des sols et de la biodiversité - le projet Resobio



Vous pouvez trouver le rapport complet publié en 2013 sur le site de l'ADEME :
et une synthèse publiée en 2015 sur le site du GIP Ecofor :
Ce travail a été financé par l'ADEME et le ministère de l'agriculture, et menée sous la coordination du GIP Ecofor. C'est une méta-analyse des études existantes, qui réunit les connaissances disponibles en s'attachant à la zone tempérée qui nous concerne. Les experts observent que les études à long terme restent rares et que cela limite les enseignements. Il y a notamment un déficit de connaissances sur les aspects fonctionnels des écosystèmes et les aspects de fourniture de services communs.
-----
Il est important de retenir au préalable ces 2 définitions :
1) Les rémanents forestiers : se définissent comme l'ensemble des éléments qui restent sur le parterre des coupes après l'exploitation. Il s'agit des menus bois + les autres produits abandonnées, les branches Ø>7cm non valorisées, les chutes de coupe, les feuilles, les écorces, les souches. Dans les chantiers de récolte des rémanents ayant fait l'objet d'un suivi, environ 60% de la biomasse est exportée.
2) Les menus bois : se définissent comme les branches d'un diamètre Ø<7cm. Ils ont une concentration en éléments minéraux plus forte que le reste du bois. En France leur récolte est estimée à moins de 10% de la production de plaquettes forestières.
Aujourd'hui la récolte des menus bois n'est économiquement rentable qu'à condition de récolter l'arbre entier. La hausse du prix de la biomasse peut changer la donne.
Les menus bois constituent le principal gisement additionnel de bois énergie en forêts publiques, et un gisement important en forêt privée.
Les données d'études agronomiques : elles sont insuffisantes
- La récolte des feuillages est le type d'exportation dont les effets sont les plus néfastes sur l'écosystème
- Plus le diamètre fin bout des menus bois diminue, plus l'impact de leur récolte sur l'écosystème augmente.
- L'impact des récoltes de petites tiges entières augmente en deçà d'un diamètre à 1m30 de 10 à 20 cm selon l'essence.
- La connaissance des impacts de la récolte des souches est trop fragmentaire pour en tirer un enseignement.
La récolte des rémanents entraine une diminution des litières, une baisse des stock de carbone et de nutriments, la modification des communautés microbiennes et de l'activité biologique, et une altération de la structure du sol. Les effets sont plus marqués lorsque les feuillages sont exportés.  Le statut nutritif des arbres n'est en général pas affecté, mais les modifications entrainent une baisse de la croissance des arbres, entre 2 et 7%. Il n'a pas été possible de mettre en évidence quels types d'écosystème étaient les plus sensibles.
Les données sur les impacts à long terme : elles sont inexistantes
Les rémanents au sol constituent un habitat et une ressource pour un grand nombre d'espèces, notamment celles qui sont impliquées dans la décomposition du bois, ou bien en dépendent. Plus que le volume total, c'est la diversité des pièces de bois au sol qui est le déterminant majeur de la diversité des espèces. Ces espèces constituent à leur tour une ressource pour les niveau trophiques supérieurs, qui seront ainsi impactées (entomofaune, herpétofaune, avifaune, etc ...)
Les effets à long terme sont mal cernés faute de données, mais un effet cumulatif des récoltes est probable. Les études françaises sont limitées à l'exportation des minéraux. (quasi-absence de données françaises sur les impacts, alors que les données d'exportation des minéralomasses sont nombreuses).
L'extraction des rémanents impacte l'ensemble de la biodiversité, mais les études sont trop rares et trop ponctuelles pour dégager des tendances.
Les techniques de mobilisation - stockage, passage d'engins, sont aussi sources d'impacts non évalués.
Les recommandations des experts du GIP : de bonnes pratiques
L'état des connaissances disponibles ne permet pas de statuer sur les stratégies de prélèvement pour minimiser les impacts. Seules quelques propositions de bonnes pratiques peuvent être formulées.
Dans le domaine de la fertilité minérale,  à l'heure actuelle les recommandations ne peuvent être que qualitatives : limiter au maximum l'exportation des feuillages (ndr : sont visés les conifères récoltés en arbre entier), adapter la récolte des menus bois à la sensibilité du sol.
Dans le domaine de la biodiversité, une attention particulière doit être portée à la récolte dans les zones forestières à rôles de protection ou d'intérêt patrimonial, en intégrant la quantité et la qualité de bois mort restant sur coupe parmi les objectifs de gestion.
Pour les sylviculteurs pratiquants, la correspondance entre les seuils de pH et ceux basés sur les formes d'humus, proposée par le guide ADEME de 2006, n'est pas vérifiée et peut mener à des erreurs de diagnostics de sensibilité des sols à l'exportation de rémanents. Dans la pratique il est conseillé de ne conserver que les seuils de variable pH. Il conviendrait d'affiner l'approche en combinant la sensibilité des sols avec le niveau de risques selon les compartiments exportés (feuillage, menus bois, branches non valorisées, souches ...)
La question de l'épandage des cendres
L'intérêt de l'épandage des cendres de brûlage en forêt s'inscrit dans une stratégie d'économie circulaire. Cette approche demeure agronomique, cantonnée à la notion d'amendement minéral, avec des résultats contradictoires. Leur réintroduction demanderait une amélioration de la stabilité des cendres de manière à obtenir une libération progressive. La question se pose du lessivage et de la contamination par les métaux lourds. Question flore-faune,  s'il y a restauration de la fertilité, cela  aura des impacts sur l'activité biologique, mais sans qu'on puisse aujourd'hui mesurer les effets - positifs et/ou négatifs - sur les cortèges d'espèces. Et ce type d'épandage en forêts est interdit en France.

Mon commentaire : Effectivement, la valorisation des rémanents forestiers présenterait l'avantage de ne pas être en conflit  d'usage avec les utilisations de bois d'œuvre et d'industrie. Mais cette exportation impacte fortement le fonctionnement des écosystèmes forestiers, sans qu'on dispose d'évaluation des effets sur les habitats, les espèces, et les services écosystémiques ! (comme la production de bois, le maintien des sols, la qualité de l 'air et de l'eau, etc...)
Les approches actuelles de la récolte des rémanents sont purement agronomiques, dans une conception réductrice de culture de bois. Les experts apportent leurs recommandations sous une forme prudente, et conditionnelle.
L'altération des services rendus par la forêt pourraient bien se révéler d'un coût collectif nettement supérieur au gain énergétique. A la lumière des connaissances actuelles, il est irresponsable de promouvoir la récolte des menus bois, et de les prendre en compte dans la ressource de biomasse disponible.
J'ai noté que la question des effets cumulés des diverses agressions que subissent les écosystèmes n'est pas abordée (pollutions, pesticides, modifications climatiques). En terme de santé publique, l'irresponsabilité pourrait vite être requalifiée en méfait.
SOSforêtdusud - Richard Fay