Archives du blog

dimanche 22 novembre 2020

LE 25 NOVEMBRE, JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES

 


LE 25 NOVEMBRE, JOURNÉE INTERNATIONALE

DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES

Nous sommes toutes et tous mobilisé·es, nous ne céderons pas ! .

Femmes de tous les continents, nous subissons les violences sexistes et sexuelles. C’est notre lot

commun.

Les féminicides, les viols, les agressions sexuelles, le harcèlement sexuel, les violences

obstétricales, le contrôle de nos corps, sont des réalités tragiques pour des millions voire des

milliards de femmes de par le monde. Les mexicaines, les chiliennes, les argentines, les

espagnoles, les algériennes, les polonaises… et partout les femmes se soulèvent depuis plusieurs

années maintenant.

En France, il y a eu 142 310 plaintes pour violences conjugales en 2019, soit 16 % de plus qu’en

2018. Le confinement a encore accéléré les violences subies, avec 15 % d’appel en plus dans la

dernière période sur le 3919 plateforme d’aide aux victimes de violences sexistes et sexuelles.

Nous ne nous y résignons pas ! .

Nous, militant·es de toutes organisations, collectifs, syndicats, associations sommes féministes, et

appelons à participer activement encore ce 21 et 25 novembre partout en France, aux événements,

sur les réseaux sociaux, et nous rassembler partout où c’est possible, dans le respect des gestes

barrières, pour revendiquer notamment :

Un milliard pour lutter efficacement contre les violences sexistes et sexuelles en France : ce n’est

pas un simple Grenelle et quelques places d’hébergements en plus qui suffisent ! Un milliard

permettrait de mettre en place l’éducation non sexiste dès les petites classes, d’organiser de vraies

campagnes et politiques de lutte contre les féminicides, le harcèlement sexuel au travail, et

financer toutes les associations féministes qui oeuvrent depuis des années contre les violences

sexistes et sexuelles. Ce milliard est aussi crucial pour l'hébergement dans des centres non mixtes

dédiés, spécialisés et sécurisés.

La mise à l'abri ou la protection des femmes victimes.

La protection des mineures dans la loi (seuil d’âge) et matériellement, face aux violences

sexistes et sexuelles.

La ratification par la France de la « Convention contre la violence et le harcèlement dans le

monde du travail » de l’Organisation internationale du Travail (de juin 2019 !) : celle-ci prévoit

notamment des mesures qui contraignent les employeurs à prévenir et sanctionner le harcèlement

sexuel, et à donner des droits aux femmes victimes de violences conjugales et intra-familiales. Les

violences sexistes et sexuelles, le sexisme ordinaire doivent cesser sur nos lieux de travail !

Des moyens de financement ambitieux pour appliquer les accords égalité sur la lutte contre

les violences sexistes et sexuelles, dans la fonction publique ou dans le privé !

L’arrêt de la mise en concurrence de la gestion de la ligne d’écoute du 3919. Ce

gouvernement prévoit ainsi la privatisation de ce service public, ce qui représente un risque majeur

de voir la qualité du service rendu aux femmes réduite.

La régularisation de toutes les sans-papières et leur protection contre les violences

sexistes et sexuelles.

La lutte contre le proxénétisme, le trafic d'êtres humains, et toutes les violences

prostitutionnelles et porno-criminelles.

Le 21 novembre et le 25 novembre, toutes et tous mobilisé-es

pour la fin des violences sexistes et sexuelles, et tant qu’il le faudra !

SIGNATAIRES DE L’APPEL UNITAIRE

Organisations et associations nationales :

CGT

FSU

Union syndicale Solidaires

Actionaid France

APEL-ÉGALITÉ

ATTAC

Chiennes de garde

Organisation de Femmes Egalité

Collectif National pour les Droits des Femmes

Les Effrontées

Osez le Féminisme !

Collectif Féministe contre le Viol

Maison des Femmes de Paris

Forum Femmes Méditerranée

Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie

Las rojas, feministes anticapitalistes

Mémoire traumatique et victimologie

Collectif Tenon

Fondation Copernic

Marche des solidarités

Collectif des immigrants en France

Collectif « Stop Aux Violences Obstétricales et Gynécologiques »

Les Attentives, compagnie théâtrale féministe et humaniste

L'association féministe "Un rêve de Farfadet",

Femmes solidaires

CLEF

Collectif Les Rosies d’A cause de macron

Cfqd Lesbiennes féministes

Marche Mondiale des Femmes

Cadac

Les Grenades

SKB

Et aussi :

Le snpes-pjj/fsu (syndicat national des personnel.le.s de l'éducation et du social à la Protection

Judiciaire de la Jeunesse)

Héro.ïnes 95

Africa 93

Planning Familial Val de Marne

CGT-HPE -Femmes en grève de l’Ibis Batignole

SOUTIEN DE L’APPEL (POUR LES PARTIS POLITIQUES)

ENSEMBLE!

Europe Écologie les verts (EELV)

Nouveau parti anticapitaliste (NPA)

Parti de Gauche (PG)

Génération.s

Parti communiste (PCF)

Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF)

La France Insoumise (LFI)


mercredi 18 novembre 2020

Un adieu trés glacier


 Nous sommes contents il fait enfin froid, vraiment froid, un bon froid qui pique comme nous les aimons, nous montons au glacier blanc…
Nous montagnards, nous habitants de vallées de haute montagne, nous sommes venu dire adieu à ami, que vous allez condamner.
Nous habitants du froid, nous aimons le blanc et la glace .
Hors celle-ci, fond toujours plus vite, même en novembre.
Ce mois de novembre fut du jamais vu, ici.
Nos neiges sont maintenant aussi éternelles que nous et notre civilisation.
Vous l’avez condamné, vous dans vos bureaux climatisés

Vous qui pensez comme vos fauteuils, au lieu de pensez comme des pères et des mères, comme des adultes.
Vous qui trouvez 1000 milliards en une nuit pour sauver vos banques et vos rentiers.
Vous les pyromanes qui se présentent comme des pompiers.
Nous n’iront pas dans votre capital, elle manque de glace, de blanc et d’air pur pour nous, même si nous l’aimons aussi.

Surtout nous n’iront pas là bas pour pas vous voir, vous qui discutez pour trouver 100 milliards pour le climat alors que vous trouvez 60 milliards par mois pour la finance.
Cette finance sans limite qui a le culot de saluer le supplément d’argent qu’on lui accorde par une hausse d'indice, alors que cela nous rapproche juste du carnage.
Vos crimes climatiques se compte déjà des  centaines de milliers de morts par an.
Les crimes à venir seront les pires de l’histoire.
Il est temps de déclarer l’état d’urgence climatique.
Pourtant les solutions existent, mais elles nécessitent de tout changer.
Et pour tout changer nous devons commencer par notre finance, nos banques , nos rentiers…..
Entre leur finance et l’avenir, il y en un de trop…..
Pour toutes ces raisons et aussi parce que nous aimons la beauté de ces paysages que vous condamnez , nous avons préféré aller voir quelqu’un d’autre, nous sommes allez voir un condamné, un vieil ami de 800 000 ans, plus vieux que notre espèce d’homme deux fois sages (sic).
Ce vieil ami est parti pour une agonie de quelques dizaines d’années….
Nous sommes allés lui dire adieu et marquer de rouge dans la neige:
Si j’étais une banque on m’aurait sauvé

Revue de presse action Adieu Glacier du 17 novembre 2020 -Gap

Il est étonnant que les citoyens fassent de la politique au sens débats d'idées et les politicards de la gestion,: nous réclamons  que les routes soient un bien communs et qu'on arrêtent de mettre tout l'argent dans le développement d'infrastructures qui sont déjà trop chers a entretenir. Qu'il n'est pas utile de faire des autoroute jusqu'au deniers coin s de la montagne de France. La réponse de Mr Giraud est celle d'un technocrate qui parle gestion dans le cadre. Nous on te parle du cadre qu'on veut changer. C'est un belle exemple de la cage mentale dans lequel ils sont enfermés, c'est le syndrome des ceux devenues premier de la classe parce qu'il perroquettait bien...et leur arrogance matinée de novlangue.



Quand à l'interview de Mr Cannat du Conseil départemental, on frise la caricature de celui qui rêve que d'apéro d'inauguration et aime voir couler le goudron. Si vous lui parler écologie, il vous répondrait goudron vert ! Lui il rêve encore de sortir son département des chemins de terres, bref il est bloqué dans un espace temps celui des 30 glorieuses qui sont finis depuis bien 30 ans maintenant. Les parti réagissent par communiqué, étonnant que les partis soient presque toujours en réaction et ne soit que rarement en action.Le sénateur Arnaud lui dit que les temps ont changé et son avis aussi, il en devient presque sympathique, comme quoi les évidences progressent aussi...

En tout cas content d'avoir lancer un thème de discussion pour ceux qui discutent encore....

 Réponse de Mr Giraud, "on est des cons qui comprennent rien" dit en novlangue. C'est simple comme un documentaire complotiste !

Hautes-Alpes / Adossement de l'A51 à la rocade de Gap : Joël Giraud répond à ses détracteurs




Hautes-Alpes / Adossement de l'A51 à la rocade de Gap : Joël Giraud répo...

Vous le savez, le maire de Gap Roger Didier a fait connaître son intention d'adosser la rocade de Gap à l'autoro...

 

En tout cas ça fait parler uniquement privatisation des routes, pas bétonisation sauf a la RAM05:

 

https://www.ram05.fr/wordpress/adieu-glacier-05-large-collectif-pour-ecologie-social/

 

Et aussi l'article de Alpternative:

https://alpternatives.org/2020/11/18/adieu-glacier-05-dresse-un-barrage-a-gap/?fbclid=IwAR2iyuM1mCGPl80bNlBllJiu3BbApZkHchpXwV4f6zjVsnz3J7rLJbAv7dQ

Les partis se fendent d'un communiqué

https://www.dici.fr/actu/2020/11/18/hautes-alpes-adossement-de-l-a51-rocade-de-gap-rassemblement-national-s-immisce-1463742

 

vendredi 13 novembre 2020

Hautes-Alpes : Une "autoroute du quotidien(!)" pour poursuivre l'A 51 après la Saulce?

 Publié par Jean Eymar le ven, 13/11/2020 - 17:50 


 Après l' abandon de la poursuite de l' autoroute A 51 entre La Saulce et Grenoble ou plus précisément son report après 2050 (!), l'une des pistes étudiées est celle d'aménagements routiers sous forme de voie rapide concédée c'est à dire privatisée. Ainsi pourrait-on voir dans notre secteur une voie rapide à péage entre La Saulce et Montgardin via la vallée de l'Avance. Un décret (du 14 août !) porté par l'ex député des Hautes-Alpes devenu secrétaire d’État en charge de la ruralité, Joël Giraud, énonce en effet désormais de quelle manière certaines sections de routes nationales pourront être classées dans la catégorie "autoroute"... et donc concédées. Le décret indique ainsi que des portions de routes gérées par l’État, avec un profil 2x2 voies et chaussées séparées, situées dans le prolongement d'une autoroute, peuvent être intégrées au réseau d'autoroutes et donc être potentiellement concédées et justement lors de la présentation de ce décret, l'exemple cité était justement le prolongement de l'A51 à gabarit routier entre le péage de La Saulce et la vallée de l'Avance, qui pourrait désormais aller jusqu'à l'intersection de la RN94 et de la RD942 à Montgardin. L'idée est de désengorger ce genre de tronçons, en échange de leur entretien par les concessions, en l’occurrence Vinci/Escota, à condition qu'ils soient "couverts par une augmentation des tarifs raisonnable".

Mais les choses sont en fait plus compliquées. Une étude a été lancée pour le département des Hautes-Alpes et les résultats ne vont pas du tout dans cette direction longtemps soutenue par le député Giraud . Ce qui est préconisé est plutôt une voie rapide entre la sortie de l’autoroute à la Saulce et Gap sous forme de 2 fois 2 voies sur la RN 85 jusqu'à la rocade en lente réalisation dont la gestion pourrait aussi être privatisée. Il s'agirait d'une "autoroute du quotidien" (sic) concédé à Vinci reliant donc la rocade et à terme la RN 94. En clair dans un futur encore lointain on passerait par Gap pour rejoindre Chorges et la route des stations et du Briançonnais...En attendant la vallée de l'avance va faire l'objet d'aménagement avec des recalibrages ponctuels pour anticiper sur les jours de grand trafic et un nouveau rond point à (en version "light") pour régler le problème du feu de l'aérodrome de Tallard. Rien en revanche pour le légendaire bouchon de Montgardin les vendredi, samedi et dimanche en saison.

Quant à l'accès depuis le nord , depuis Grenoble... il va falloir prendre là aussi son mal en patience et il est presque plus probable de voir de notre vivant les voitures voller que ce chînon manquant réalisé....

L'idée d'une voie rapide dans la vallée de l'Avance semble donc être passé aux oubliettes et la poursuite même de l'A 51 n'est plus vraiment dans l'air du temps selon Jean-Michel Arnaud, sénateur mais surtout ex-maire concerné de Tallard.
 

Reste que le principe même de Nationales privatisées en fait bondir plus d'un . C'est le cas de la nouvelle association "Adieu glacier 05" qui ce mardi 17 novembre , jour anniversaire du lancement des Gilets Jaunes, va manifester pour s'y opposer au rond point du Sénateur à Gap . Ils devraient réaliser mardi après-midi un barrage symbolique pour dénoncer cette privatisation de biens publics.

 

 

L'analyse du magazine spécialisé "Auto Plus:

"Il s'agit d'une manne pour les concessions autoroutières et "on peut se demander quelles répercussions pécuniaires aura, sur les usagers, la concession de ces tronçons de nationales (dans les Hautes-Alpes il s'agit d'une départementale . Car s'il n'est pour l'heure pas question (du moins pas encore) d'imaginer des péages sur les RN, on sait bien que les sociétés concessionnaires d'autoroutes n'ont pas vocation à se lancer dans le bénévolat. Pour preuve, le rapport de l'Autorité de régulation des transports (ART) publié fin juillet. En 2019, le taux de rentabilité des concessionnaires historiques s'établissait à 7,8 % Une rentabilité stable, voire légèrement en hausse depuis 2017. Même le confinement, qui a provoqué une baisse exceptionnelle du trafic autoroutier de - 80 %, n'entamera leurs profits que de manière modérée. L'ART estime que les sociétés de concessionnaires d'autoroutes ne perdront que deux milliards d'euros de chiffre d'affaires : pas de quoi remettre en cause leur rentabilité en 2020. Alors certes, l'argument d'entretenir des routes en piteux état (plus de 50 % sont à rénover, et 17 % du réseau routier national est très dégradé) plaide en leur faveur, mais à quel prix pour l'usager ? L'ART préconise de maintenir la gratuité de l'accès à ces sections en rallongeant les - juteux - contrats des concessionnaires. Mais ceux-là, prolongés à plusieurs reprises, courent déjà jusqu'en 2031 et 2036. Une suggestion qui va à contre-sens du chemin que prennent nos voisins européens, notamment l'Espagne, qui commence à renationaliser, et l'Italie, qui a résilié l'un des contrats à la suite de l'effondrement du pont de Gênes.

Ressources minérales : une dépendance au quotidien

Une conférences un peu longue mais plein de chiffres intéressant

 Ressources minérales : une dépendance au quotidien

 

 https://www.mixcloud.com/BRGM_fr/ressources-minérales-une-dépendance-au-quotidien/

mercredi 4 novembre 2020

Bientot la Giraud taxe sur vos routes nationales (privatisation des nationales)

La privatisation des nationales est en marche !

    La privatisation de biens communs est nécessaire pour les capitalistes: ils ont beaucoup de monnaie à la suite de la création de monnaie par les banques centrales qui a atterrit dans la bourse et leurs bourses. Cet argent est virtuel et quiconque en possèdent beaucoup peut l'investir soit dans l'économie réelle peu profitable (ils le font peu) ou dans la bourse normalement très profitable mais devenue casse-gueule avec la pandémie, le climat et le surendettement de tous, l'instabilité bancaire. Transformer des biens virtuels en biens réels est une nécessité, le mieux est de l'investir dans des monopoles gérés par le public, là c'est le jackpot, de la sécurité et du profit !

Le gouvernement accélère pour privatiser et dégager du cash surendetter qu'il est depuis le renflouement des banques en 2008 et la crise du corona: les lignes à haute-tension électriques, les autoroutes de l'électricité (RTE), les réseaux de distribution de l'électricité (ENEDIS), vos fameux compteurs linky, les barrages, les énergies renouvelables, l’eau potable, les réseaux gaz (vente d'ENGIE), la vente de Suez a Véolia.

 La privatisation en cours de la santé bute politiquement sur la pandémie, l'école est sensible, le privé s'attaque auxétudes supérieures le reste suivra surement rapidement avec la dégradation de l'école... 

Reste aussi un domaine inexploré, les routes nationales, les autoroutes rentables ayant été pratiquement toutes vendues. 

La privatisation des autoroutes soldées au privé à moins du tiers du prix réel a été une formidable gâterie pour les VINCI, EFFAGE et consort. Elles recueillent annuellement les délices de cette privatisation des milliards. Le choix discret ces dernières années de transférer les routes nationales aux départements et villes fut finement jouer ! 

Ce transfert condamne ces collectivités a des choix dramatiques: de l'argent pour les routes ou les pauvres ! Un département comme les Hautes-Alpes, montagneux, peu peuplé, se retrouve comme bien d'autres avec une impossibilité d'entretenir ses routes nationales et les obligent à faire appel au privé. Transférer les routes aux départements est la méthode la plus pernicieuse pour démanteler une mutualisation des couts: si on devait faire payer aux 4 habitants d'un hameau leur route, ils seraient ruinés En réaction, ils mettraient immanquablement un péage pour quiconque l'utilise. 

Ce fut le cas avant la révolution et la revendication d’abolir les péages, une des principales revendications du moment (et tous les impôts inégaux). Les routes coutent chers et leur entretien aussi. 1 millions de kilomètres de routes existent en France. Le réseau est déjà trop gros et de moins en bien entretenu donc coute de plus en plus cher. Mais les privatiser condamnent les plus pauvres comme avant la révolution. A l'époque, le dégout qu’inspirait ces péages était aussi que leurs recettes étaient bien souvent pas du tout employées à l'entretien des routes mais détournées comme rente aux plus riches. Nos ancêtres payaient des routes déplorables. Ils furent un tant abolis avant de revenir avec Napoléon le traitre de la révolution.
La révolution veut aussi dire faire une 360 ° et revenir au point de départ, nous y sommes.


Qui fréquente les routes nationales, notamment la nuit y voit maintenant une armada de petits camions immatriculés en Europe de l'est, évitant les autoroutes a péages et livrant la nuit les Amazon et consort... Le cout énergétique de ces petits camions est énorme, le choix d'emprunter les nationales les dégradent. Les routes nationales privatisées, va t'on les voir emprunter les départementales, les chemins vicinaux ?

Notre député, le bien aimé Joel Giraud dit "Giraud, Girouette, J'y reste" vient de faire adopter un amendement permettant de considérer qu’une autoroute peut être une route nationale, une simple route. Il vous dira ainsi, lui le retors de la rhétorique qu’on ne privatise pas les routes nationales ! Le comble ! Il faut dire que monsieur est expert-senior en foutage de gueule (voir comment il a combattu la taxe pour le climat sur le poids des véhicules en affirmant que dans le 05 tout le monde ici était obligé d'avoir un 4*4!)

La démocratie est l'art de prendre des décisions en expliquant clairement les choses. Nier est une méthode profondément anti-démocratique. Les as de la bureaucratie comme Mr Giraud en sont les protagonistes. Les voir s'étonner que le bullshit complotiste existe est paradoxale. Leur méthode (nier la réalité) en est une des causes. A force de dire de la merde, ils s'étonnent que ça chlingue grave.

 Il est toujours étonnant de voir ces personnes ayant fait toute leur carrière dans le public avec la sécurité de l'emploi être d'une telle servitude envers les intérêts privés au nom du pragmatisme public ! Déjà en mai 2019, il nous expliquait que la privatisation des barrages n'existait pas. Prendre les décisions en douce pour décider du sort de biens aussi fondamentales est profondément anti-démocratiques et vicieuse. Vieille pratiquent manipulatrice…la perversité du pouvoir est peu étonnante vu le profil psychologique des puissants.

 Si vous êtes si fier de vos mesures et de votre supériorité intelligente, débattons ‘clairement, avancez démasqué ! Dites ce" que vous pensez en off,: "la gestion publique c'est de la merde, le privé de la bonne gestion !" Vous avez le droit et cette opinion entendable et à débattre démocratiquement preuve contre preuve ! Rationnellement comme vous aimez le dire, vous les intégristes du marché libérale ! On verra qui sont les idéologues ! La rationalité est l'art d'argumenter et de s'appuyer sur des faits.

Notre hypothèse, vous avez peut-être peur d'une maladie ! Avez-vous peur d'attraper le virus de la démocratie et de la réflexion sur les biens publics ? Ce débat risque-t-il de contaminer les citoyens et les infecter d'une maladie incurable pour eux: l'argumentation et la preuve par le réelle et le passé (le cas des autoroutes, de l'eau potable, des banques et tout ce que vous avez vendu ces 40 dernières années). Privatiser un bien commun est une spoliation de tous au profit des rentiers....vous parler de gaspillage public mais mème si s'était vrai, ne vaut'il pas mieux entretenir une minorité de fonctionnaires qui abusent que payer des gros actionnaires....Vous montrez les petits abus (dont au passage vous êtes les piètres gestionnaires) pour justifier une spoliation généralisée.

La privatisation des routes nationales est en marche...il s'agit exactement d'une marche arrière, retour vers le passé...

Le rouage et le péage au moyen age était une taxe payée pour le passage sur une route. La privatisation est un rouage du capitalisme dévorant la société...

Ils veulent élargir les privilèges des rentiers et nous élargir le cercle de nos contributions !

Un peu d'histoire de France: "L’Ancien Régime était apparu paralysé par des institutions ankylosées que l’État se révélait incapable de moderniser. Il avait bien tenté de supprimer les péages mais, prisonnier de la logique du privilège sur laquelle reposaient ses prétentions à l’autorité absolue, il s’était engagé à les rembourser. Autant dire qu’étant donné la situation désastreuse des finances royales, c’était surseoir sine die à l’exécution de ce projet. La monarchie n’était donc pas parvenue à répondre à la demande pressante de réformes dans la dernière décennie de l’Ancien Régime. La conjonction du caractère inévitable à long terme de la suppression des péages et de la spontanéité de deux crises consécutives, en 1788 et 1789, ne fit qu’exacerber la détestation du péage.

 

Certaines personnes appellent à se réunir le 17 novembre de 15 à 18 voire 19 h au rond-point des sénateurs pour protester contre la privatisation des routes nationales et le bétonnage des sols (voir article là-dessus). Bien sur en pleine pandémie, vu que s’est répréhensible, nous n’appelons pas à se réunir ce jour là dans une ambiance chaleureuse avec masques et gel hydroalcoolique. Nous déplorons que l’inauguration d’un péage symbolique soit programmée et nous n’incitons surtout pas les gens à venir passer une heure ou l’après midi pour montrer notre désaccord, leur colère et leur détermination. Mais il peut être aussi déplorable que le pouvoir crie à l’inconscience de se réunir en pleine pandémie dehors pendant qu’il continue à privatiser en plein mois d’aout des biens fondamentaux, pendant la mi-temps d’une pandémie. Peut-être que l’esprit de responsabilité voudrait qu’en ces périodes de pandémie, les gros choix démocratiques soit ajournés et que des questions aussi sensibles soit remis à des jours ou le débat pourraient avoir lieu tranquillement. En bref, il ne faut surement pas confondre la cause et les conséquences, c’est-à-dire qu’il est surement plus honteux gouvernants de prendre des décisions de privatisation pendant le covid que de protester contre la spoliation. L’irresponsabilité est dans quel camp ?

 Ne venez pas le 17 novembre et ne faites pas passer le message ! 

Tract a ne pas diffuser:

Ajouter une légende

 

 https://app.agorakit.org/groups/1620/files/7775/download

https://app.agorakit.org/groups/1620/files/7776/download 

https://app.agorakit.org/groups/1620/files/7777/download

Quelques articles sur le sujet

 https://www.liberation.fr/checknews/2019/06/23/une-privatisation-des-routes-nationales-est-elle-envisagee-par-le-gouvernement_1734349

 https://www.ram05.fr/wordpress/vers-une-privatisation-des-routes-nationales/