Archive du blog

vendredi 5 mars 2021

Sureté nucléaire lowcost : Le premier qui rapporte la vérité faut le licencier !

  


 

Quand tu rapporte la vérité

#nucléaire Site #Orano Pierrelatte le vent arrache le bardage de la nouvelle usine CX2. Qui est responsable ? Une entreprise sous-trainte ? Des travailleurs détachés ? Qui surveille ? ma-zone-controlee.com

Image

 http://www.ma-zone-controlee.com/orano-v-s-mzc/

 Et tombes les générateur a vapeur :

Sommes nous responsable de la chute du GV de Paluel en 2016 dont « Areva » était le pilote de ce premier grand carénage 1300Mw et qui a tourné au CARNAGE  ? Non ! Mais la diffusion aux grands publics de cette information OUI 


Ben tu te retrouves au tribunal 

 


Le résident de MZC sanctionné (07/2018) de 5 jours de mise à pied pour « certaines » publications et soutien aux débats publics sur les conditions de la sous-traitance à :

EDF – ORANO – CEA

résident de MZC sanctionné (07/2018) de 5 jours de mise à pied pour « certaines » publications et soutien aux débats publics sur les conditions de la sous-traitance à :

EDF – ORANO – CEA

jeudi 4 mars 2021

500 scientifiques alertent sur le bois énergie

 

Traduction en français d’une lettre ouverte de plus de 500 scientifiques portant sur l’utilisation des forêts pour répondre aux usages énergétiques.


 

Nous, scientifiques et économistes, signataires de cette lettre, tenons à vous féliciter pour les objectifs ambitieux de neutralité carbone que les États-Unis, l’Union Européenne, le Japon et la Corée du Sud se sont engagés à atteindre d’ici 2050.

La préservation et la restauration des forêts devraient jouer un rôle majeur dans l’atteinte de cette cible tout en profitant à la crise de biodiversité globale à laquelle nous sommes confrontés. 

Nous vous exhortons donc à ne pas saper ces objectifs de climat et de biodiversité en remplaçant la combustion des carburants fossiles par celle de la biomasse forestière pour produire de l’énergie.

Pendant des dizaines d’années, l’industrie du bois et du papier a utilisé ses déchets de production pour générer de l’électricité et de la chaleur. Cette utilisation des co-produits ne nécessite pas de prélèvements additionnels de bois.

Cependant, ces dernières années s’est développé un mouvement consistant à abattre des arbres ou à mobiliser de larges fractions de récoltes de bois pour produire de l’énergie, ayant pour effet de libérer le carbone qui serait resté piégé dans les forêts sans cela.

Le résultat de ce prélèvement additionnel induit une augmentation importante des émissions de carbone, et occasionne une « dette carbone », qui s’accroit au cours du temps à mesure que plus d’arbres sont récoltés et utilisés à des fins énergétiques.

La plantation d’arbres et les alternatives aux énergies fossiles, pourraient, au final, aboutir au remboursement de cette « dette carbone », mais la croissance des arbres prend du temps, un temps dont le monde ne dispose pas pour résoudre la crise climatique.

Comme l’ont montré de nombreuses études, cette combustion de bois va augmenter le réchauffement pendant des dizaines d’années voire des siècles. Ceci reste valable quel que soit le combustible fossile, que le bois remplace du charbon, du pétrole ou du gaz naturel.

Les forêts stockent du carbone, à peu près la moitié de bois sec est constitué de carbone (en masse). Quand le bois est récolté et brulé, une grosse partie de ce qui est récolté – souvent plus que la moitié – est perdue avant même que celle-ci ne produise de l’énergie utilisable, augmentant la quantité de carbone dans l’atmosphère sans même participer au remplacement de combustibles fossiles.

La combustion du bois est aussi moins énergétique, émet plus de carbone et de fumées que ses alternatives fossiles. Pour chaque kWh de chaleur ou d’électricité produite, on estime que le bois est susceptible de multiplier par deux ou trois la quantité de carbone qu’émettrait un kWh de combustible ordinaire.

Toute intensification du réchauffement global dans les prochaines décennies est préjudiciable et dangereuse. 

Cette intensification entrainerait plus de dommages à court et long terme :

  • à court terme plus de feux de forêts, une augmentation du niveau de la mer, plus d’épisodes de canicules ;
  • à long terme : une fonte plus rapide des glaciers et du pergélisol, plus de chaleur emmagasinée et plus d’acidification des océans.

Il n’est pas possible de supprimer ces problèmes quand bien même nous cesserions toutes émissions dès aujourd’hui, mais il est possible de ne pas les empirer.

Les incitations financières des gouvernements à brûler de la biomasse forestière aboutissent à l’aggravation de la crise climatique : cette mauvaise solution vient se substituer à une captation réelle du carbone par les forêts. En effet, les industries passent des énergies fossiles au bois énergie au lieu de s’orienter vers le solaire ou l’éolien. Ceci a pour effet d’intensifier le réchauffement au lieu de le réduire véritablement.

Dans certains endroits, comme au japon ou en Guyane Française, certaines propositions visent non seulement à brûler du bois pour produire de l’électricité mais aussi de l’huile de palme ou de soja.

Recourir à ces carburants suppose une extension de la culture de palmiers et de celle du soja qui aboutira inexorablement à de la déforestation de forêts tropicales denses libérant leur stock important de carbone et annihilant leur capacité même à le stocker; ce qui contribuera en définitive à l’augmenter la teneur en CO2 de l’atmosphère.

Aucun référentiel de « gestion durable » de forêts ou de production d’huiles végétales ne peut invalider ce résultat.

Une gestion durable correspond à un prélèvement de bois compensé à terme par la croissance de l’arbre, elle ne correspond pas à altérer sa capacité de stockage et à augmenter le réchauffement pendant des décennies voire des siècles. De façon similaire, chaque accroissement de la demande en huile concoure à augmenter la déforestation déjà accentuée par l’augmentation de la demande alimentaire.

Rendre les pays responsables des émissions provenant du changement d’utilisation des sols, quoique souhaitable, ne peut à lui seul corriger les écueils des réglementations nationales qui attribuent au bois énergie une neutralité carbone. Cette responsabilité ne va pas modifier les incitations financières nationales qui encouragent la création de centrales biomasse.

A titre d’illustration et sur le même principe, le fait que les pays soient responsables des émissions liées à l’utilisation de diesel ne corrigerait pas une réglementation qui inciterait les camions à utiliser plus de diesel sous prétexte que le diesel serait neutre en carbone.

Les traités qui attribuent les responsabilités climatiques à chaque pays tout comme les lois énergétiques décrétées au niveau national et qui les déclinent doivent de façon précise comprendre les effets climatiques des activités que ces textes encouragent. 

Les décisions que vous allez prendre revêtent une importance cruciale sur le devenir des forêts, en effet si 2 % de l’énergie mondiale devait provenir du bois, cela entraînerait un doublement des prélèvements forestiers.

Il existe des éléments probants en Europe reliant l’accroissement du recours aux bioénergies à une augmentation importante des prélèvements forestiers européens.

Cette approche crée un modèle qui incite les pays tropicaux à faire de même – comme plusieurs pays se sont déjà engagés à le faire – ce qui ruine par ailleurs les objectifs des autres conventions sur les forêts.

Pour éviter cette catastrophe, les gouvernements doivent supprimer toute incitation qui encouragerait le bois énergie, que celui-ci soit issu ou non de leurs propres ressources forestières.

L’Union Européenne doit arrêter de considérer la combustion de la biomasse comme neutre en carbone dans ses textes et référentiels sur les énergies renouvelables et dans son système d’échanges de quotas d’émission (ETS).

Le Japon doit arrêter de financer les centrales électriques au bois.

Les États-Unis dont la nouvelle administration est en train d’élaborer les réglementations et les incitations visant à lutter contre le réchauffement climatique, doivent éviter de considérer la biomasse comme neutre ou sobre en carbone.

Les arbres ont infiniment plus de valeur vivants que morts que ce soit pour le climat ou la biodiversité. Pour parvenir à l’objectif de neutralité carbone, vos gouvernements devraient travailler à la préservation et la restauration des forêts plutôt qu’à leur combustion.

Lettre originale et liste des signataires ici.