Archive du blog

samedi 9 décembre 2017

Huile de palme dans les carburants

Source : les Amis de la Terre     (6/12/2017)

http://www.amisdelaterre.org/Huile-de-palme-dans-les-carburants-la-filiere-commence-a-bouger.html

Huile de palme dans les carburants : la filière commence à bouger
Montreuil, le 6 décembre – Suite à une campagne d’interpellation des Amis de la Terre, les distributeurs commencent à prendre position pour demander l’interdiction de l’huile de palme dans les carburants. La pression repose désormais sur le gouvernement





Aujourd’hui, près de 75% de l’huile de palme consommée en France [1] est incorporée comme agrocarburant dans le gazole que nous trouvons tous les jours à la pompe. Une situation intenable face à laquelle les distributeurs commencent à réagir, comme l’explique Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour les Amis de la Terre France : « Nous avons interpellé l’ensemble des distributeurs pour les alerter sur la situation. Après Leclerc et Systèmes U, Intermarché vient de s’engager à réduire puis éliminer l’huile de palme dans ses carburants d’ici 2020. D’autres distributeurs comme Carrefour demandent au gouvernement de peser sur les négociations en cours à Bruxelles pour faire interdire à l’ensemble des acteurs l’utilisation d’huile de palme dans les carburants ».

Le 30 novembre, c’est même l’Alliance Française pour l’Huile de Palme Durable qui a exprimé son souhait que l’huile de palme ne puisse plus être utilisée comme carburant [2]. Plusieurs études ont permis de montrer que l’huile de palme, principal moteur de la déforestation en Asie du Sud-Est, est le pire des « biocarburants » : chaque litre, issu le plus souvent de monocultures, a un impact trois fois plus négatif pour le climat que le gazole fossile [3].

Ces déclarations interviennent suite à une campagne de mobilisation lancée par les Amis de la Terre. Depuis le 30 octobre, ce sont près d’une vingtaine d’actions directes non-violentes visant les distributeurs qui ont lieu partout en France en partenariat avec ANV-COP21 et Alternatiba.

A Bruxelles, le Parlement Européen et les États membres ont ouvert les débats sur la révision de la directive énergie renouvelable. L’enjeu est d’en finir avec le soutien aux agrocarburants de première génération en général, et à l’huile de palme en particulier. Un débat brûlant alors que Total est en train de construire dans le Sud de la France, à La Mède, une « bioraffinerie » géante qui, à elle seule, pourrait doubler les importations françaises d’huile de palme [4].

Sylvain Angerand conclut : « Nicolas Hulot s’est engagé, au nom du gouvernement, dans le Plan Climat à fermer les vannes à huile de palme dans les carburants. Depuis, et sous la pression de Total et des pays producteurs, cet engagement est régulièrement édulcoré. Le Conseil de l’Énergie du 18 décembre pourrait être décisif et nous attendons que le gouvernement passe de la parole aux actes ».

En savoir +
[1] D’après http://agriculture.gouv.fr/durabilite-de-lhuile-de-palme-et-des-autres-huiles-vegetales

mercredi 6 décembre 2017

Boire ou skier ?

https://www.bastamag.net/Boire-ou-skier-faudra-t-il-bientot-choisir

hangement climatique

Boire de l’eau ou skier, faudra-t-il bientôt choisir ?

par

  • Dans les Alpes et les Pyrénées, les premières stations de ski ouvrent leurs pistes. Face à la hausse des températures et à la baisse de l’enneigement, les stations croient avoir trouvé la parade, avec la généralisation des canons à neige. Problème : les quantités d’eau nécessaires pour produire la neige artificielle sont considérables, menaçant les réserves locales en eau potable. Ce qui n’empêche pas les régions alpines de consacrer des millions d’euros de subventions à ces équipements. Alors que les glaciers fondent et que l’eau se raréfie, l’enneigement artificiel est-il vraiment une priorité collective ? Enquête.
    Si certains ont su tirer profit du changement climatique en montagne, ce sont bien eux : les canons à neige. Les conséquences de nos émissions de gaz à effet de serre se font chaque année un peu plus sentir sur le manteau blanc qui recouvre les massifs. Les chiffres sont toujours plus inquiétants : dans les Alpes, le réchauffement des températures, estimé entre 1,6°C et 2,2°C depuis 1950, s’est accéléré depuis la fin des années 80, entraînant la fonte des glaciers et la diminution de l’enneigement au sol – 25 jours de moins par an, en moyenne.
    Dans les stations, personne ne vous dira le contraire : au fil des saisons, l’hiver offre de moins en moins de neige. « Depuis 1990, la raréfaction de la neige est flagrante : nous n’en avons quasiment plus à Noël. Et l’an passé, on a dû aller chercher de la neige ailleurs pour assurer la saison », raconte Gérard Burnet, premier adjoint à la mairie de Vallorcine, petit village à 1200 mètres d’altitude niché du côté de Chamonix. Même son de cloche sur le plateau du Vercors, où l’on constate « l’augmentation de la fréquence des hivers sans neige », selon François Nougier, conseiller municipal de Lans-en-Vercors.

    51% des domaines menacés par le réchauffement

    À terme, ce sont toutes les stations de sports d’hiver de moyenne montagne, en-dessous de 1500 mètres d’altitude, qui sont fortement menacées. En 2009, la Direction départementale de l’équipement et de l’agriculture de Savoie estimait même que, dans le cas d’une hausse de la température de 2°C, seuls 49% des domaines existants en Haute-Savoie seraient encore considérés comme « fiables », du strict point de vue de l’enneigement naturel. En attendant, de premières stations comme Val Drôme ou Drouzet-le-Mont ont déjà dû abandonné leur activité d’hiver, mettant la clé sous les pistes.
    Dans leur course à l’or blanc, les stations de ski ont trouvé la parade : la « neige de culture » – préférée au terme de neige artificielle – que fabriquent les « enneigeurs » – les canons à neige – au bord des pistes. Apparues il y a moins de trente ans, ces infrastructures connaissent un développement très rapide : « Les premiers canons à neige sont arrivés après des hivers de très faible enneigement en 88, 89 et 92. Aujourd’hui, près de 7 000 hectares sur les 20 000 hectares de pistes dans les Alpes en sont équipés », rapporte Pierre Spandre, ingénieur de recherche à l’Irstea et au Centre d’études de la neige de Grenoble. Plus d’un tiers du domaine skiable alpin dépend donc de la neige artificielle. La quasi-totalité des stations possède au moins quelques canons à neige : « En 2014, sur 55 stations interrogées dans les Alpes, une seule n’était pas équipée », poursuit le chercheur.

    Le canon à neige, alpha et oméga du développement des stations

    Le processus est presque inexorable, à en croire Christian Reverbel, ancien directeur du service des pistes de l’Alpe d’Huez : « Aujourd’hui, la neige de culture est considérée comme un outil indispensable pour les stations de sport d’hiver. » Ce qui ne devait être initialement qu’une solution d’appoint face aux variabilités d’enneigement est ainsi devenu l’alpha et l’oméga des politiques de développement des stations, la solution pour réduire la « vulnérabilité à l’aléa climatique » : « Les études les plus récentes et l’amélioration des techniques confirment régulièrement la pertinence des stratégies déployées par les professionnels sur la neige de culture (…), une aide efficace à l’exploitation et à la garantie des emplois », énoncent Domaines skiables de France et l’Association nationale des maires des stations de montagne, dans un rapport conjoint. « La dynamique en faveur de la neige de culture est très forte. On estime que le taux d’équipement atteindra 45% en 2020 », confirme Pierre Spandre.
    Le développement de la neige artificielle a trouvé de nouveaux relais politiques à la tête des deux régions alpines : avec Laurent Wauquiez, président de la Région AURA (Auvergne-Rhône-Alpes), et Christian Estrosi, président de la Région PACA, avant d’en démissionner en mai dernier, les canons à neige ont pu compter sur des alliés de poids. Le premier a annoncé une aide de 50 millions d’euros pour la neige artificielle sur les six prochaines années, tandis que le second évalue au double son plan « smart mountains », pour redessiner les stations du futur.
    - Lire ici notre article sur l’écologie dans les régions passées à droite.
    Ces investissements régionaux entraînent également les départements, sur le modèle « 1 euro investi par la Région, 1 euro investi par le conseil départemental ». Réuni en congrès à Beaune (Côte-d’Or) début octobre, les domaines skiables français se félicitent d’« un peu moins de 30 millions d’euros de subventions (…) spécifiquement fléchés pour l’équipement en matériel d’enneigement artificiel sur la période 2016-2018 » en Auvergne-Rhône-Alpes.

    28 millions de m3 d’eau consommés chaque année...

    « C’est une dépense d’argent public colossale que l’on pourrait utiliser, au contraire, pour diversifier l’offre de notre station : le ski ne fait pas tout en montagne », regrette François Nougier. Dans sa station de Lans-en-Vercors, le projet visant à enneiger 20 hectares sur les 48 que compte la station (contre 6 hectares actuellement) sera opérationnel dès cet hiver. Coût de l’opération : 2,7 millions d’euros, pris en charge à 25% par la Région et 25% par le département de l’Isère, le reste étant financé par emprunt.
    Même à Vallorcines, petite station jusqu’alors vierge de tout canon à neige, l’appel d’air financier fait cogiter : « C’est vrai qu’on étudie la possibilité d’investir », reconnaît Gérard Burnet. Le projet fait pour l’heure face à un enjeu de taille : « Cela nécessite de études sur l’eau, qui n’ont pas encore été réalisées. On ne peut pas faire n’importe quoi : les sources sont à un niveau très bas, nous n’avons pas de nappe phréatique et nous avons connu des années à fort stress hydrique, avec très peu de pluies l’été et une neige qui disparaît peu à peu du glacier. Dans ce contexte, on est encore loin d’avoir de la neige artificielle à Vallorcines. »

    Soit l’équivalent de la consommation en eau de 540 000 habitants

    Les canons à neige se caractérisent par un coût financier conséquent – de 5 à 7 euros/m3 d’eau transformé en neige, « en tenant compte des coûts en eau et en électricité ainsi que de l’investissement général pour la construction du réseau d’eau, du système d’air comprimé, voire de la retenue collinaire si besoin, de la salle des machines... et de leur amortissement » précise Pierre Spandre. Ils impliquent également des prélèvements importants sur la ressource en eau.
    Le chiffre est aujourd’hui connu et admis par tous les interlocuteurs : un hectare de piste en neige artificielle consomme 4 000 m3 d’eau par an, l’équivalent d’une piscine olympique, produits par trois canons à neige. Soit à peu près 28 millions de m3 d’eau consommée chaque année par les enneigeurs. Soit ce que consomment en eau potable un demi-million de Français [1]. Cette eau ne se retrouve pas mécaniquement, une fois la neige fondue, dans le cycle naturel : « On estime à 30% le taux de perdition d’eau par sublimation [passage à l’état gazeux, ndlr] dès lors qu’on la transforme en neige artificielle », détaille Vincent Neirinck, co-directeur de Mountain Wilderness. Surtout, ce volume ne cesse d’augmenter : « La croissance observée est assez régulière, à raison d’1 million de m3 supplémentaires chaque année. Et encore, ce sont des chiffres établis avant le plan Wauquiez… », constate Thomas Guiblain, à la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) en Isère.
    À mesure que le réchauffement climatique va diminuer l’enneigement, mais aussi le volume des ressources en eau disponibles, les canons à neige peuvent-ils devenir un facteur aggravant de stress hydrique ? « L’usage de l’eau en milieu alpin est multiple, rappelle Vincent Neyrinck. Il y a les usages domestiques, l’agriculture, l’hydroélectricité et la biodiversité, également : un étiage trop bas dans les rivières met en péril les milieux naturels. Il est indispensable de réfléchir à la préservation de cette ressource. »

    « Des stations ont dû fermer à cause de la rareté de l’eau »

    Le volume global de l’eau dans les Alpes, le « château d’eau de l’Europe », semble encore loin d’être menacé. « Les bassins hydroélectriques, qui mobilisent des volumes d’eau bien plus considérables, ont un impact beaucoup plus sensible sur les débits des cours d’eau en bassin versant, confirme Jacques Pulou, responsable du pôle eau à la Frapna régionale. Le problème, c’est la répartition de l’eau : à certains endroits, les canons à neige peuvent créer de vrais conflits d’usage. »
    Une approche qui est confirmée par Carmen de Jong, professeure en hydrologie à l’Université de Strasbourg : « On estime que les prélèvements de l’enneigement artificiel représentent 0,5% du cycle de l’eau total sur le bassin du Rhône. Mais c’est absurde de raisonner comme cela, car les problèmes se jouent essentiellement au niveau local, c’est à dire en altitude. »
    Les conflits d’usage, notamment avec la distribution d’eau potable, ne seraient pas rares à en croire la chercheuse, qui a travaillé sur la question pendant près de dix ans à l’université de Savoie : « À l’hiver 2017, il y a eu des mesures de restriction d’eau dans les Alpes, et en Suisse, des stations ont dû fermer leurs pistes à cause de la rareté de l’eau. Il y a eu près de 60 jours sans précipitation, on aurait également dû interdire les canons à neige dans certaines stations françaises. »

    Conflits d’usage avec l’eau potable

    La question de l’usage de la ressource a même été l’objet d’un véritable pugilat politique dans la station des Gets, épisode que raconte Élodie Magnier, hydrologue, dans un intéressant article publié en 2016 : « En pleine saison 2006-2007, le maire refuse la mise en fonctionnement des canons pour protéger les réserves d’eau potable et éviter tout risque de pénurie. Le directeur de la société d’exploitation des remontées mécaniques, opposé à cette décision pour le bon fonctionnement du domaine skiable, démissionne au cours de l’hiver. (…) Il y a donc bien eu ici une situation de conflit entre deux usages, l’usage pour l’alimentation en eau potable de la station, et l’usage pour la production de neige. »
    Plus récemment, c’est L’Alpe d’Huez, et son bon millier de canons à neige, qui a vu un projet immobilier ajourné pour cause de ressource en eau insuffisante : « La station est alimentée par le Lac Blanc ; il n’y a pas d’autre source. Or ce lac connaît des fuites naturelles. L’épuisement de ses ressources est rapide, et créé des situations très tendues autour des mois de février et de mars. Seuls 1000 lits supplémentaires ont été autorisés sur un projet qui en prévoyait 7000 au départ, le préfet estimant qu’il n’y avait pas assez d’eau », raconte Thomas Guiblain.
    Avec la plus longue piste d’Europe, la piste Sarenne et ses 16 kilomètres, équipée en 2014 de plusieurs dizaines de canons à neige tout au long du tracé malgré son altitude de départ à 3300 mètres, pas sûr que les conflits autour de la disponibilité en eau ne se règlent facilement, au cours des prochaines années.

    Des conséquences sanitaires et énergétiques

    Outre la question de la quantité, les canons à neige pourraient bien perturber également la qualité de l’eau sur les massifs. « La valeur du PH est modifiée par la neige artificielle, et il y a un manque d’oxygène par rapport à la neige naturelle, souligne Carmen De Jong. Elle favorise surtout la prolifération de différentes bactéries. » Il y a deux ans, la chercheuse avait dénoncé l’utilisation d’un additif, le Snomax, utilisé dans la neige artificielle, aux effets potentiellement dangereux pour la santé.
    Pis, avec la moitié des enneigeurs alimentés par des retenues collinaires construites spécialement pour la production de neige, il existe un risque de perturbation globale du fonctionnement hydrologique : « On stocke de l’eau qui aurait coulé autrement, avec tous les impacts que cela peut avoir sur les étiages des cours d’eau dans le bassin versant. Car c’est évidemment au moment où on en a le plus besoin, que la ressource devient la plus limitée », décrypte Jacques Pulou.
    Sans compter l’impact énergétique induit par le pompage destiné à recharger la retenue d’eau au cours de l’hiver – car on enneige évidemment plusieurs fois par saison : « Cela devrait représenter une consommation de 160 000 kWh, soit une augmentation de 40% de la consommation électrique de la station à Lans-en-Vercors, où la retenue en cours de construction doit pouvoir accueillir 26 000 m3, calcule François Nougier. Tout ça pour trois mois d’utilisation dans l’année, à un moment où l’on fait de grands discours pour ne pas gaspiller l’énergie. »

    « L’enneigement artificiel devrait être l’un des derniers usages »

    « Les canons à neige sont révélateurs de tous les dysfonctionnements de l’industrie du ski », estime Vincent Neyrinck. Notamment l’absence de loi de régulation et d’encadrement. « Il n’y a aucune réglementation, donc aucun contrôle ni suivi sur l’utilisation de l’eau », témoigne Carmen de Jong. « Dans une logique de marché, les coûts de fabrication de la neige artificielle sont pris en compte par les usagers, soit les skieurs, analyse Ricardo Petrella, économiste italien spécialisé sur les problématiques d’eau. Mais un autre coût n’est pas pris en compte, c’est la raréfaction de l’eau. L’enneigement artificiel devrait être l’un des derniers usages, dans un contexte de raréfaction hydrique. » Le chercheur en appelle à des régies collectives, participatives et les plus locales possible, pour gérer ce bien commun : « Cela doit impliquer tous les acteurs concernés et être coordonné par une structure publique : ce ne sont pas les acteurs privés qui sont les mieux placés pour protéger la ressource. »
    Considérée comme un palliatif à court-terme, la neige artificielle interroge en profondeur le modèle de développement des stations de sport d’hiver : « Quand on parle ski, les stations entendent "assurance-vie". Or on sait qu’il va devenir de plus en plus difficile de maintenir des stations en dessous de 1500 mètres. Il faut donc sortir de cette lorgnette à cinq ou dix ans. Une retenue collinaire, c’est tout de même 25 ans d’amortissement ! Est-ce que cela a encore un sens d’un point de vue climatique et économique ? », interroge Aurélie Campoy, secrétaire générale de la Commission locale de l’eau en Isère.
    Pour François Nougier, la réponse est toute trouvée : « Les canons à neige sont une rustine. On veut nous faire croire que le système actuel peut perdurer, alors qu’il faudrait repenser sa logique à long-terme. » Les canons à neige, ou le paradoxe de cette voiture qui va de moins en moins vite tout en consommant de plus en plus... En témoigne l’histoire récente de Saint-Pierre-de-Chartreuse : « La station était en déficit chronique et pour y faire face, elle a décidé d’investir dans des canons à neige : aujourd’hui, elle est sous tutelle de la préfecture. », raconte Pierre Mériaux, élu à la montagne à la ville de Grenoble. Mais avec le réchauffement climatique, la possibilité de produire de la neige de culture est elle-même mise en cause : outre la baisse des volumes d’eau disponible, la diminution des vagues de froid pourrait rendre l’utilisation des canons de plus en plus incertaine. Et laisser plusieurs collectivités face à de véritables gouffres financiers. Une autre allégorie, en somme : celle de l’arroseur arrosé.
    Barnabé Binctin

    Série « Eau et climat », en partenariat avec France Libertés


    Cet article est publié dans le cadre d’une série de reportages et d’enquêtes sur les enjeux de la gestion de l’eau et des sols dans le contexte du réchauffement climatique, réalisée avec le soutien de France Libertés - fondation Danielle Mitterrand. www.france-libertes.org
    À lire dans la même série :
    - Avec le « Grand Paris » et les JO, une vague de béton s’apprête à submerger l’Île-de-France
    - Climat, qualité de vie, inégalités : vers un « Grand Paris » des alternatives ?
    - Le delta du Danube, une immense « réserve de biosphère » menacée de destruction
    - Trois ans après la mort de Rémi Fraisse, l’urgence d’une agriculture qui ne gaspille plus les ressources en eau
    - En Cisjordanie, l’accès des palestiniens aux ressources en eau devient une question brûlante
    - En Pologne, un bras de fer s’engage pour sauver la dernière forêt primaire d’Europe de l’exploitation intensive

    jeudi 6 juillet 2017

    A 45, l'absurde doublement d'une autoroute

    Et aussi notre article sur la maison individuelle fille de l'&auto, arme des

    La maison individuelle fille de l'auto est une arme de destruction massive des terres agricoles et du climat



    http://lalongueurdelachaine.org/geographie



    N'en jetez plus, Septhane atomise le nucléaire !

    Observatoire du nucléaire - http://www.observatoire-du-nucleaire.org
    Revue de presse pluri-mensuelle


    Mars-Juin 2017




    Faillites nucléaires en série : Westinghouse, Areva, bientôt EDF

    Westinghouse (Toshiba) mobilise des avocats experts en faillite
    Reuters, 9 mars 2017 : http://bit.ly/2sMi6v1


    NuGen : la patate chaude du nucléaire britannique
    Batirama, 13 avril 2017 : http://bit.ly/2szbb57


    Augmentation de capital d'EDF : le coûteux sauvetage du nucléaire français
    La Tribune, 8 mars 2017 : http://bit.ly/2lD3TPg


    Pour EDF, tous les voyants sont au rouge
    Le Parisien, 18 mai 2017 : http://bit.ly/2ty765j



    Vous le savez depuis des années si vous lisez régulièrement notre revue de presse, l'industrie nucléaire mondiale est mourante, en déclin irréversible depuis 2001 : elle était alors à son sommet, produisant 17 % de l'électricité mondiale (ce qui n'était déjà pas si imposant), contre à peine 9 % aujourd'hui.
    Cette faible « part de marché » va continuer à baisser du fait de l'état de délabrement avancé de la grande majorité des réacteurs encore en service et de la quasi impossibilité de financer de nouveaux réacteurs… ou même d'arriver à les construire (cf les désastres des chantiers EPR).
    Cet état des lieux déprimant (pour les nucléocrates !) s'accompagne aujourd'hui de la chute des ex- »fleurons » de cette industrie malfaisante : après Areva, c'est l'entreprise historique du nucléaire des USA, Westinghouse, qui est en faillite. Et EDF suit de près
    Westinghouse, qui avait été racheté par Toshiba depuis quelques années, entraîne sa maison mère japonaise dans le gouffre (cf http://bit.ly/2txkM0O ), et pousse Engie à retirer ses billes du projet de construire des réacteurs en Grande-Bretagne, après avoir fait de même du projet (tout aussi fumeux) turc.


    Débandade atomique dans le monde

    La Suisse va sortir du nucléaire
    Le Point, 21 mai 2017 : http://bit.ly/2tCtoDU

    La Corée du Sud suspend la construction de deux réacteurs
    Reuters, 27 juin 2017 : http://reut.rs/2stBn62

    Afrique du Sud : revers judiciaire pour le futur programme nucléaire
    AFP, 26 avril 2017 : http://bit.ly/2twzFjW
    Pourquoi Engie renonce à la construction de nouvelles centrales nucléaires
    Le Monde, 8 avril 2017 : http://lemde.fr/2oiQkoc

    Suite de la déconfiture générale de l'industrie nucléaire mondiale. L'un après l'autre, les pays nucléarisés adoptent des plans de sortie définitive du nucléaire : les arguments éculés des nucléocrates (« ça va être la pénurie », « le prix de l'électricité va s'envoler », etc) ne trompant plus personne.
    C'est au tour de la Suisse de prendre cette voie de sagesse (pas assez vite, certes, mais c'est un autre débat). La Corée du Sud elle aussi, après élection d'un Président ouvertement antinucléaire, prends ce chemin et stoppe même les chantiers de deux réacteurs en construction, qui pourraient donc ne jamais être terminés.
    Quant au prétendu programme nucléaire de l'Afrique du Sud, maintes fois annoncé avec tambours et trompettes et toujours reporté à plus tard, il subit un nouveau revers, juridique cette fois.


    Cuve de l'EPR : l'ASN se ridiculise définitivement, la majorité des médias aussi

    EDF obtient un démarrage sous condition de l'EPR de Flamanville
    AFP, 28 juin 2017 : http://bit.ly/2szlFkR


    EPR de Flamanville: une décision inaudible de l’ASN
    Journal de l'environnement, 28 juin 2017 : http://bit.ly/2t40Ph1


    Nucléaire : le "récit" qui doit sauver l’honneur de l’ASN, la cuve du réacteur EPR
    Observatoire du nucléaire, 27 juin 2017 : http://bit.ly/2udaXmi



    Suite de l'incroyable affaire de la cuve mitée du réacteur EPR de Flamanville. Même si le verdict définitif doit être annoncé par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en octobre, le pot aux roses a été dévoilé fin juin après la réunion d'une trentaine d'experts : malgré ses graves faiblesses, la cuve pourra être utilisée par EDF. Fin de partie pour les zozos qui croyaient que l'ASN, si "compétente" et "intransigeante", allait prendre ses responsabilités.
    Pour détourner l'attention de l'opinion du caractère totalement irresponsable de cette décision, l'ASN a agité la problématique du couvercle de la dite cuve : ce dernier devra être changé « assez rapidement ». Mais comme il faut 7 ans pour faire fabriquer ce nouveau couvercle, EDF obtient donc le droit d'utiliser l'ancien … pendant 7 ans. Une vraie mascarade.
    Une fois de plus, une remarquable analyse de la situation a été publiée par… l'Observatoire du nucléaire. C'est en effet un véritable « récit » (ou une « légende ») qui a été construit pour "légitimer" la décision (pourtant insensée) de l'ASN.
    Hélas, la majorité des médias reprend sans réfléchir les éléments de ce « récit » :
    - ce serait l'ASN qui aurait découvert les faiblesses de la cuve de l'EPR . Faux : c'est Areva qui a « craché le morceau » ;
    - l'ASN aurait été trompée par EDF et Areva. Faux : elle avait toutes les infos depuis des années et a commis une faute majeure en autorisant en décembre 2013 EDF à installer la cuve ;
    - l'ASN aurait « prouvé son indépendance » en saisissant la justice. Faux : c'est l'Observatoire du nucléaire qui a porté plainte en mai 2016 (cf AFP http://bit.ly/2tkgRn3 ), l'ASN suivant 6 mois plus tard pour essayer de se placer du côté des accusateurs alors qu'elle fait partie des coupables !
    Nous vous invitons à relire ce décryptage lumineux de l'Observatoire du nucléaire : http://bit.ly/2udaXmi


    Cuve de l'EPR : l'ASN coupable

    Les nouvelles révélations sur la cuve de l'EPR confirment les lourdes fautes de l’ASN
    Observatoire du nucléaire, 31 mars 2017 : http://bit.ly/2t3CdEY


    Révélations de Radio-France
    Radio-France, 31 mars 2017 : http://bit.ly/2nRLfmG

    Autorité de sûreté nucléaire : grands enjeux, petits moyens
    Le Monde, 26 juin 2017 : http://lemde.fr/2sHGUUP

    Avant même la mascarade de ce mois de juin, l'Observatoire du nucléaire avait annoncé la couleur et mis sur la table la culpabilité de l'ASN, ses accusations étant confortées par l'enquête de S Tronchet pour Radio-France. A contrario, un des « chiens de garde » du nucléaire dans les médias, M. Bezat (Le Monde), tente une nouvelle diversion sur le thème « l'ASN est compétente et indépendante, par contre elle manque de moyens et il faut la renforcer ». Ces gens là croient encore qu'ils vont sauver l'industrie atomique en continuant à raconter des salades (radioactives). La méthode du bon vieil Emile Coué peut probablement vous aider à surmonter un gros rhume, mais elle ne sauvera pas le nucléaire.


    EPR trop cher

    Le nouveau solaire deux fois moins cher que l'EPR
    Le Figaro, 8 mars 2017 : http://bit.ly/2msEV3B


    Il a assurément été bien difficile pour M. De Mounicot, promoteur inlassable du nucléaire dans les colonnes du Figaro, d'écrire cet article qui explique que l'électricité solaire est désormais deux fois moins chère que celle qui doit sortir de l'EPR (si jamais ce dernier entre un jour en service). Il a tant de fois été écrit que le nucléaire était l'énergie "la moins chère". Tôt ou tard il n'est plus possible de raconter n'importe quoi .


    EPR en retard, Fessenheim en carafe

    Fermeture de Fessenheim: l'Etat accède à une demande d'EDF
    AFP, 24 mars 2017 : http://bit.ly/2tCarkJ


    Rejet de la fermeture de Fessenheim : M. Hollande a offert juste avant les 2 décrets espérés par EDF
    Observatoire du nucléaire, 6 avril 2017 : http://bit.ly/2tzWaUF


    Recours contre le décret de création du réacteur nucléaire EPR de Flamanville
    Observatoire du nucléaire, 1er mai 2017 : http://bit.ly/2ty9f0M



    C'est déjà presque oublié mais le dénommé François Hollande, supposé Présidente de la République, avait promis de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim. Au lieu d'imposer sa décision, au besoin en menaçant de ne pas accorder à EDF les 3 ans de « rab » demandés pour finir l'EPR, sans oublier un autre décret espéré par EDF concernant la centrale de Paluel (Seine-Maritime), il a d'abord offert ces autorisations avant de dire au PDG d'EDF « Bon, maintenant que je vous ais accordé toute ce que vous vouliez, il faudrait fermer Fessenheim ».
    Évidemment, les dirigeants d'EDF se tordent de rire devant tant de nullité et de faiblesse, et laissent Fessenheim en service… du moins lorsque les réacteurs sont en capacité de fonctionner : le réacteur 2 est à l'arrêt en continu depuis plus d'un an, le réacteur 1 fonctionne tant bien que mal de temps en temps, mais la centrale est globalement inactive et inutile.
    Avec d'autres association dont Greenpeace, l'Observatoire du nucléaire a déposé un recours contre le décret offrant à EDF 3 ans de plus pour terminer l'EPR. A suivre...


    EPR malhonnête, Bouygues se gondole

    Travail au noir sur le chantier de l’EPR : Bouygues condamné à 29 950 euros d'amende
    France-info, 20 mars 2017 : http://bit.ly/2tcluOA


    Vous savez certainement que EDF et Bouygues se sont affranchis de la plupart des règles sur le chantier de l'EPR, mettant délibérément en danger les travailleurs (deux morts à ce jour) et utilisant impunément des travailleurs non déclarés. Impunément ou presque : pris la main dans le sac, les bandits de Bouygues s'en sortent avec une amende dérisoire de 29 950 euros : le tribunal a pris bien soin de rester en dessous des 30 000 euros afin que Bouygues ne soit pas exclu des marché publics : on ne se passe pas d'un partenaire aussi fiable !


    EPR, mirage britannique

    EDF coule le premier béton de l’EPR d’Hinkley Point
    Usine nouvelle, 31 mars 2017 : http://bit.ly/2tdfPHN


    Les inquiétudes montent autour des EPR anglais
    Les Echos, 24 juin 2017 : http://bit.ly/2tcYtL4

    Les réacteurs EPR annoncés en Grande-Bretagne ne seront pas construits
    Observatoire du nucléaire, rappel juillet 2016 : http://bit.ly/2a44xzx


    Déconsidérés, ridiculisés, les dirigeants d'EDF continuent invariablement à se croire capables de construire deux EPR en Grande-Bretagne. Pour mémoire, ce ne sont pas les Britanniques qui veulent des EPR, comme on essaie de nous le faire croire : EDF a d'abord racheté British energy avant de lui faire passer commande : c'est donc EDF qui achète deux EPR à EDF (tout ça avec notre argent) !
    L'Usine nouvelle, rude concurrent des Echos pour promouvoir aveuglément l'atome, publie même une vidéo du « premier béton » de ce chantier. Il est en effet exact qu' EDF a commencé les travaux préparatoires, mais pas les réacteurs à proprement parler puisque le projet n'est toujours pas bouclé ni financé.
    D'ailleurs, la Cour des comptes britannique alerte sur l'hérésie de ce projet qui va ruiner la Grande-Bretagne (en plus de ruiner définitivement EDF). L'Observatoire du nucléaire maintient son pronostic annoncé invariablement depuis plusieurs années : ces réacteurs ne seront jamais construits ou, au pire, jamais terminés.


    ITER aussi !


    ITER, mensonges, niaiseries … et fiasco inéluctable

    Can-Sud-Est, 11 avril 2017 : http://bit.ly/2sduFwS


    L'EPR nous fait tellement rire (en attendant de pleurer en découvrant les factures incommensurables que nous, citoyens ordinaires, allons de voir assumer) qu'on en oublierai presque une autre mascarade, celle du prétendu « réacteur de fusion nucléaire », le dénommé ITER.
    Merci à notre ami Antoine, de la Coordination antinucléaire du Sud-est, de faire de temps en temps le point sur ce chantier commencé en 2007, qui est d'ores et déjà une échec cuisant sur le plan scientifique et qui ne cesse de creuser son déficit (le coût est déjà passé de 5 à 20 milliards, en attendant la suite !)
    Pour mémoire, pour avoir la « chance » d'accueillir ce projet si « prestigieux », la France et son Président de l'époque, Jacques Chirac, avaient accordé des compensations ruineuses au concurrent japonais et s'étaient engagés à couvrir d'innombrables dépenses complémentaires qui se chiffrent au total en milliards.
    Tôt ou tard, il faudra bien qu'un « responsable » politique s'adresse aux Français pour reconnaître l'échec total du projet et rendre publiques les factures à acquitter. Macron le technophile aura-t-il ce courage ? Assurément pas : il lui suffira de laisser ce scandale perdurer 5 ou 10 ans de plus et de léguer à son successeur le soin d'annoncer le désastre...


    Niger : un étrange « uraniumgate »

    «Uraniumgate» au Niger: une commission parlementaire va enquêter
    RFI, 17 mars 2017 : http://bit.ly/2ssX6ed

    Niger : où est passé l’argent de l’« uraniumgate » ?
    Le Monde, 7 avril 2017 : http://lemde.fr/2ubzVSU

    L' « Économie circulaire » est à la mode, mais elle est parfois mise curieusement en application, voyez un peu : en 2011, Areva vend 5 millions de livres d'uranium à une société russe qui les revend à une société libanaise qui les revend à la société nigérienne Sopamin, qui les revend à son tour à Areva. Au passage, au moins 18 millions d'euros se sont évanouis. Pour mémoire, Anne Lauvergeon a été mise à la porte d'Areva en juin 2011, il serait fort étonnant qu'elle n'ait pas trempé dans ce nouveau scandale (elle est aussi au coeur de l'affaire de corruption Uramin), on ne prête qu'aux riches…


    Les bêtises de l'Institut (Montaigne) Menteur

    Le calcul (très) erroné de l’Institut Montaigne
    Décrypter l'énergie, 17 mars 2017 : http://bit.ly/2tcJdOF


    En France, sortir du nucléaire coûterait cher, y rester aussi
    Le Monde, 15 mars 2017 : http://lemde.fr/2neGDqh



    L'Institut qui a osé s'appeler Montaigne, salissant le nom de l'illustre personnage, est un think tank de propagande ultra-libérale créé par Claude Bébéar, président d’honneur du groupe d’assurances Axa. La mission de cette officine est de mentir, tromper, désinformer, et en particulier concernant le nucléaire.
    C'est ainsi qu'elle s'est amusée à publier un « rapport » annonçant que la sortie du nucléaire coûterait des sommes astronomiques, ineptie relayée mécaniquement par de nombreux médias. Il a fallu que Le Monde rappelle que rester dans le nucléaire coûterait au moins aussi cher, pendant que « Décrypter l'énergie » mettait en lumière les bidouillages des calculs de l'Institut Menteur.



    Fukushima : toujours pire

    Des sangliers radioactifs envahissent les alentours de Fukushima
    Nouvelobs, 10 mars 2017 : http://bit.ly/2shgfep


    Fukushima: «Pour nous, il n’y aura jamais de fin»
    Blog médiapart, 10 mars 2017 : http://bit.ly/2n9QC0O


    Démanteler Fukushima, une facture à 187 milliards
    La Tribune de Genève, 10 mars 2017 : http://bit.ly/2syvKib


    Jeux Olympiques 2020: des épreuves de baseball à Fukushima !
    La Tribune de Genève, 17 mars 2017 : http://bit.ly/2tBxSul


    La situation à Fukushima et Tchernobyl n'est généralement évoquée par les médias qu'aux dates « anniversaires » (respectivement 11 mars et 26 avril), c'est donc en mars que l'on a appris que les alentours de Fukushima sont envahis de sangliers radioactifs, compromettant (bien heureusement) les manoeuvres du pouvoir pour faire revenir en zone contaminée les populations évacuées depuis 2011.
    La facture de la catastrophe ne cesse d'être réévaluée et atteint des sommes improbables, à ce jour 187 milliards. Imaginez tout ce que l'on aurait pu faire au Japon avec ces sommes gigantesques mais le lobby nucléaire veille : sa mission est de gâcher la vie des humains, il tentera de la mener jusqu'au bout !
    Mais que le bon peuple se réjouisse, les Jeux olympiques de 2020 se profilent au Japon et, quelle belle idée, des épreuves auront lieu à Fukushima ! Après tout, il y a une vraie logique à mêler le nucléaire et la mafia du Comité internationale olympique et de ses sponsors (« parrains » est d'ailleurs le terme le mieux adapté).


    Catastrophe en cours et à venir

    A Tchernobyl, « il faut agir avant qu’il ne soit trop tard »
    Le Monde, 25 avril 2017 : http://lemde.fr/2tCeAVz

    Etats-Unis : le risque d'incendie des déchets nucléaires inquiète les experts
    Sciences et avenir, 1er juin 2017 : http://bit.ly/2stBEpt


    La Hague, un cimetière radioactif de plus en plus dangereux
    Reporterre, 16 mai 2017 : http://bit.ly/2re2xMQ



    Autour de Tchernobyl, 31 ans après le début du désastre, des millions de gens vivent encore dans les zones contaminées mais, on nous l'a assez raconté, la situation de la centrale accidentée est enfin « sécurisée » grâce au nouveau sarcophage mis en place par les amis de l'environnement que sont Bouygues et Vinci.
    En réalité, Le Monde nous apprend qu'il y a urgence à agir sous ce nouveau sarcophage, à savoir démanteler l'ancien et, surtout, s'attaquer enfin au magma du coeur qui est entré en fusion en 1986. Qu'on se le dise : les catastrophes nucléaires ne finissent jamais.
    Pas de quoi inquiéter les autorités des USA alors que, dans Sciences et avenir, Damien Desbordes évoque les dangers extrêmes que font courir les stockages des combustible usés (ultra-radioactifs) dans des piscines extrêmement vulnérables près des centrales américaines..
    En France, où les « élites » ont toujours des idées géniales, les matières les plus radioactives sont concentrées à La Hague (Manche), pour être sûr qu'un accident nucléaire, de moins en moins improbable, serait le dernier : l'Europe entière devrait être évacuée.


    Résistances !

    À Bure, les antinucléaire sur le pied de guerre
    Le Figaro, 17 mai 2017 : http://bit.ly/2uw5nuD


    Les anti-Bure menacent de bloquer le Tour de France
    Est Républicain, 28 juin 2017 : http://bit.ly/2stsiKo


    Creuse : le maire et les habitants empêchent Areva de déposer ses déchets miniers
    La Montagne, 20 mars 2017 : http://bit.ly/2tcpCOf



    Ici où la, malgré le poids du lobby nucléaire et le fatalisme de la majorité de la population (qui se contente de « toucher du bois », comme si cela allait changer le cours des choses!), de courageux humains se lèvent pour tenter d'empêcher l'industrie de l'atome de commettre de nouvelles exactions.
    Dans l'Est, près du site de Bure où les fous veulent enfouir des quantités insensées de matières ultra radioactives, des résistants envisagent même de perturber le passage du Tour de France. « Sacrilège ! » s'écrient les bonnes âmes, peu importe que nous soyons tous irradiés, l'essentiel n'est-il pas que le spectacle continue ?





    Rendez vous fin septembre pour la revue de presse estivale (juillet, août, septembre)