Archive du blog

jeudi 13 octobre 2011

On y est




La crise financière ,
métaphore de la crise écologique.

Ca y est, on est dedans cette fois.
Pourtant on s’est fatigué !
Après avoir prêché dans le désert, fait l'oiseau de mauvais augure, crié à la catastrophe, passé pour un paranoïaque, s’être fait traiter de névrosé, de jaloux, de raté, après avoir dénoncer les mensonges et la corruption généralisée, le dogmatisme, battu le pavé, dénoncé la stupidité des uns, l'aveuglement des autres, parler d’effondrement, bref après avoir pissé contre le vent.
on y est!!!!!!!
La faillite des banques, repoussées aux maximum, entraîne celle des états et des banques et avec eux celle des peuples.
On coupera quelques têtes, on montra un peu plus la haine contre les minorité si possibles pas franchement gauloise, cela changera rien.
Cela défoulera mais la destruction de l'économie réelle pas la virtuelle est là.
TROP TARD, il fallait agir avant.

On a laissé faire par intérêt ou idéologie, la cupidité des élites a contaminé le peuple.
La notation à appliqué à TOUS est celle des trois C (Cupidité, Cynisme, Conneries). Cette règle régit depuis longtemps notre monde.
Ils voulaient tous faire fortune en achetant et revendant leur maison, louer en prenant 50 % du revenu du locataire, ils rêvaient d'esclaves à leur service et de retraite prématuré, de loisirs sans fin.
Le rêve ultralibérale: faire qu'une majorité exploite une minorité. Ce rêve se casse la figure sur....sa définition.
Et la gueule de bois va être violente.
Elle sera dure, l'orgie a été longue et chargée, la gueule de bois sera en conséquence.
Nous somme en train de s'attabler aux banquets des conséquences de la mégalomanie financière, et le peuple va se régaler.
De la république des satisfaits, peu préoccupés par l'exploitation des autres et de la nature, sur-occupés par leur loisirs prépubéres*, nous allons peut être revenir à une république d'adultes responsables.

Certes, la crise financière n'est pas la première, les hollandais avaient déjà détruit leur économie en délirant collectivement sur les bulles de tulipes. Mais celle-ci sera la plus grosse par son ampleur et sa généralisation.

Cette crise démontre que l’on ne peut pas impudemment faire n’importe quoi ! Cette crise nous montre qu’un système peut s’effondrer. Que trop de coup de butoir, d’abus, d’abus généralisé, trop, vraiment trop finit à la faillite générale. La crise financière montre qu’un système cupide, cynique et absurbe finit par scier la branche sur lequel il était assis. Elle nous prouve qu’un système est mortel!
Comme un écosystème !

De cette énormité, l'histoire pourrait pourtant la considérer comme une anecdote car elle précède une plus définitive, la crise écologique.
Elle englobe la crise climatique, la crise énergétique et la crise agricole.
Ces crises nécessitent des changements radicaux.
Des changements de comportement obligés, de la régulation, planification, répartition égalitaire, cohésion et dynamique positive, l’imposition de taille maxi, démondialisation.
Tout le contraire du système qui a générer la crise : le laisser-faire individuel, libéralisme, la déréglementation, la démolition des états, et l'inégalité, la névrose de groupe, la décadence, la course au plus gros, la mondialisation.

Cette crise financière est une métaphore de la crise écologique qui vient si on fait rien.
Après il sera trop tard !!!
La crise financière, va enfin, nous faire prendre conscience d’une autre évidence aprés le caractère mortel des systèmes:
Nous n’avons pas tous les même intérêts.
Faites attention à la célèbre phrase, “on n’a pas intérêt à “ (à compléter avec : nationaliser les banques, faire du protectionnisme, empêcher les délocalisations, ect.... ) Dans cette phrase, le sujet est faux ou plus vulgairement ON est un CON !

La démocratie est le lieu ou on arbitre pacifiquement les intérêts, et il est étonnant que 10 % de la population ou même 1% arrive à faire passer leur intérêt avant ceux de la grande majorité.
La crise financière démontre qu’il ne faut pas remettre ses intérêt au sommet de la pyramide qui ne défend que les siens et nous conduise dans les abimes.

Pour la crise écologique nous n’avons pas aussi TOUS les mêmes intérêts.
Là il ne s’agit plus de classe social mais de générations.
La génération du babyboom n’a pas les même intérêt que les enfants de 2011.
Elle a plutôt intérêt a que rien ne bouge (en plus elle a le pouvoir).
Nos intérêts ne sont pas les mêmes que ceux de nos enfants.
Mais qui les défends, qui défend les intérêts des générations a venir qui n’auront pas la chance d’avoir dans leur sous-sol des millions d’années d’accumulation d’énergie, d’avoir des sols agricoles en bon état, et un climat stable.

La crise financière métaphore de la crise écologique est l'occasion pour notre générations et surtout des précédentes du babyboom de jeter aux poubelles de l’histoire leur 40 ans de concepts mortifères (libéralisme, croissance, scientisme, plus c’est grand, mieux c’est..ect). Et ceci pour une raison simple, maintenant démontré:
cela ne marche pas et
cela nous mêmes collectivement tous à l’effondrement.

“La croissance pour la croissance est une logique de cellule cancéreuse”
La finance est une tumeur, le temps de l’ablation est venu.

“Et ils sciaient les branches sur lesquelles ils étaient assis, tout en se criant leurs expériences l’un l’autre pour scier plus efficacement. Et ils chutèrent dans les profondeurs. Et ceux qui les regardaient hochèrent la tête et continuèrent de scier vigoureusement”
Bertolt Brecht


“C'est un malheur du temps que les fous guident les aveugles.William Shakespeare

“Une société de pires & amygdales: En haut des glands, a la base des gens qui on les glandes”. Bibi

*On dépense en France plus d’argent pour glisser sur de la neige que pour les énergies renouvelables.