Archive du blog

samedi 16 janvier 2016

Le discours inaugural du musée de l’énergie des Alpes en 2115



Voici le discours inaugural du musée de l’énergie des Alpes en 2115
Mesdames et monsieur,
Nous sommes réunis pour célébrer ce soir le centenaire de la révolution énergétique dite la révolution solaire.
Ce changement qui fut une nécessité face à l’épuisement du pétrole et le dérèglement du climat a été une révolution qui venu de la base. Ce fut une véritable révolution comme la découverte de l’agriculture au néolithique. Ce ne fut pas une partie de plaisir, nos ancêtres ont beaucoup souffert de l’épuisement du pétrole et du dérèglement climatique. Nous continuons à en souffrir parfois encore tragiquement. Mais ils ont su réfléchir, inventer et lutter et être solidaire. Notre système énergétique nous semble évident, nous fournir notre énergie via le principale flux qu’est le soleil, ce soleil qui en une heure nous amène autant d’énergie que nous en avons besoin est une évidence maintenant. Bruler du charbon, du pétrole ou du bois nous semble toxique. Imaginez que nos ancêtres avaient même imaginé de sortir les gaz de schiste en détruisant les nappes d’eau ou encore plus fou de mettre en lévitation une réaction de fission de deutérium pour imiter le soleil….il faut dire qu’à l’époque notre pays était fanatique de nucléaire. Le deuxième tremblement de terre du japon entrainant la rupture de piscines d’uranium à provoquer un choc dans l’opinion mondiale : imaginez 20 millions de personnes évacuées, des millions de morts pendant des années, la France décida elle aussi d’abandonner le nucléaire.
La crise du pétrole, nous frappa durement. Imaginez que la moindre boite de cornichon faisait le tour du monde pour arriver sur une table que chaque pays dépendait des autres pour une partie de son alimentation. L’Europe avait même délocalisée une grosse partie de ses usines et perdus ainsi une grande partie de son savoir-faire, elle qui n’avait pas ou peu d’énergies fossiles. Mais comme souvent la contrainte obligea ce continent a imaginer et à changer. Comme la crise de l’agriculture au pétrole obligea les bretons à repenser leur modèle économiques. Oh se fut pas s’en crise ni dispute, mais la volonté fut plus forte que la querelle.
L’arrivé du photovoltaïque organique fut une grande révolution. On pouvait même à partir de petite imprimante, fabriquer soi-même ses panneaux souples. On se mit à tapisser ses toits, ses murs. Ce fut même obligatoire en ville, le pouvoir réfléchissant de ses panneaux permettait de refroidir les villes qui subissent durement la canicule. Bientôt on eut trop de courant l’été, trop de courant la journée et pas assez la nuit. L’idée de transformer se courant en gaz de vielle via la méthanation permis de répondre au besoin des voitures et bus  qui restait. Imaginez qu’a l’époque que 65 millions avait 40 millions de véhicules contre a peine 6 maintenant. En plus chacun avait la sienne et ne la prêtait pas. Mais le pire est que ces véhicules transportaient une personne. Il y en avait tellement que les villes étaient irrespirables, invivables et qu’on savait plus où les garer. 30 % de la surface d’une ville était consacrée aux voitures, bien plus qu’au enfants. Maintenant c’est le contraire. La vérité est que maintenant on circule beaucoup mieux qu’il y a un siècle. Une voiture c’était une tonne de ferraille se déplaçant à la vitesse d’un vélo. On travaillait  plus d’un mois par an pour la payer. Imaginez que les touristes ici venait tous en même temps avec chacun sa voiture et qu’on savait plus on les garer l’été.
Ce pays Alpin vivait du tourisme et de l’agriculture chimique.Le pétrole cher fut un rude coup mais le pire fut le changement du climat qui rendit la neige aléatoire. Mais le montagnards est courageux et tenace, il a su utiliser son espace et son agriculture  pour en faire des producteurs d’énergie avec le vent et le soleil et ce lieu encore si préservée des canicules dépayse bien du monde…..
Et puis maintenant il y a cette agro foresterie qui nous apporte du bois pour nos construction, nous qui mangeons beaucoup moins de viande mais elle est de qualité et lait nous avons garder le lait et le fromage si bon de montagne et sa viande. Nous avons cette foret qui monte maintenant à 3000 mètres. De plus la beauté et le grandiose du paysage attire toujours touristes qui vient entrain.

Nous utilisons maintenant une grande partie de ces terres libérés pour faire notre matériaux de construction préféré le bois, le lin, le chanvre. Nous avons sur refaire notre alimentation, notre agriculture, reconstruire nos réseau de transport, nos circuit de distribution, nous avons relocalisé nos usine et demondialisée et repensez nos villes et pour faire tout cela changer notre système économique mais il s'agit d'une autre histoire même si tout est liées, le temps m'oblige à vous remercier Mesdames et messieurs, de votre attention et je crois qu'il est temps de boire un coup à la mémoire de courageux nos ancêtres qui ont su ce libérer de la rente mortelle des énergies fossiles et leurs hydres, les multinationales de l’énergie….

mardi 12 janvier 2016

Discours inaugural du musée de l'agriculture en 2015




Mesdames, Monsieur,
Nous sommes réunis ce soir pour célébrer le centenaire de la révolution agricole dit la révolution des paysages suite au procès de Monsanto dit le monstre en trop. Ce changement qui fut une nécessité face aux dérèglements du climat a été aussi une révolution des paysans. Ce fut un changement d'ère. Nos ancêtres ont beaucoup souffert des dérèglements climatiques et nous continuons à en souffrir parfois encore durement. Mais ils ont su réfléchir, changer, inventer et lutter.
Notre agriculture, cela nous semble évident nous fournit nourriture et énergie et lutte contre le grand dérèglement. Laisser un sol nu aux vents et aux pluies nous semble criminel. Nous ne labourons que par nécessiter et nous recouvrons aussitôt nos champs de branches déchiquetées. Imaginez que nos ancêtres retournait la terre à l'automne et laissait les champs sans culture jusqu'au printemps. Il arrosait leur champs de produits toxiques pour détruire sans discernement ce qu'ils appelaient des nuisibles. Ils cultivaient la même plante chaque année sur des champs à pertes de vue. Les sols étaient morts, les plantes malades, il fallait arroser avec de gros engins, de gros barrages....
Difficile pour nous d'imaginer sauf à regarder ces paysages  lunaires des vieux films. Nous sommes tellement habitués à la présence de l'arbre. Ne dit ’on pas qu’un coin de terre sans arbre c'est une figure sans nez ! Imaginez qu’à l’époque il imaginait de rendre mars habitable tout en détruisant systématiquement la vie sur terre.
Nous avons ces 100 dernières années plantées énormément d'arbres. D'abord sur les bords des champs, puis des routes, puis dans les champs puis dans les villes puis sur le toit des villes pour les rendre moins étouffante. Nous ancêtres adoraient les couper, comme il adorait leur gazon, nous adorons les planter et détestons le gazon. Chaque canicule nous fait adorer leurs ombres et nous savons qu'ils sont capables de stocker ce serial killer qu'est le carbone. Bien sur chaque canicule provoque des embolies mais là aussi nous avons su limiter les dégâts grâce à notre inventivité et notre ténacité.
Avec le recul les ancêtres passent toujours pour des imbéciles. Regardez, Rejeter ses eaux souillées dans la rue cela semblait inoffensif au temps de louis 14, mais au 21 ème c'était un crime. Il en fut de même pour les pesticides. Vous me direz que nous en utilisons encore. Certes mais toujours en derniers recours quand le grand dérèglement ne nous laisse pas le choix. Nous sommes loin du bombardement systématique de l'ère pétrolière. Rien qu'en France on bombardait la nourriture de 400 millions de tonnes de poison. Nous qui recherchons toujours l'équilibre et la lutte biologique cela nous semble une vrai méthode de brut et d'ignare. Il faut vous dire qu’à l'époque peu de gens travaillait la terre. En 2013, 500 000 personnes nourrissaient 65 millions de personnes, alors que 1,5 millions étaient employés à les amuser au tourisme : à leur faire du ski, du vélo..... Maintenant que nous avons 40 millions d'habitants nous avons 5 millions de paysans et de jardiniers. Certes tous ne produisent pas de la nourriture beaucoup sont chargés de l'entretien des forets et de l'ombrage des villes mais imaginez qu’à l'époque il y avait de nombreux chômeurs. Certes le système économique était encore le capitalisme mais c’est une autre histoire. Le choix d'utiliser cette main d'œuvre pour lutter contre le grand dérèglement fut une option difficile à prendre.
A l'époque deux options se disputait : pour les premiers on allait résoudre les problèmes en perpétuant la logique qui avait créé ces problèmes. Leur slogan : Une seule issue, vive la technique ce n’est pas la peine qu’on t’explique ! Des organismes à la génétique modifiée artificiellement, de grands barrages, des clones des grandes fermes, le tout contrôlé par une oligarchie de grosses entreprises privées, allaient résoudre les problèmes. Comme cela le pouvoir restait dans la main de quelques-uns. Cette vieille idéologie de mettre la nature au pas, que nous serions en concurrence avec elles, la loi du tous contre tous était toujours là.
Il est vrai que ces mastodontes contrôlaient les états et les medias, la propagande était efficace et subtil. Heureusement leur démantèlement fut pour l'agriculture et l'humanité un grand pas.
La seconde option fut d’abord très minoritaire c'est imposé.
Cet option avait pour slogan :  « vivons en en intelligence avec la planète et les autres ou mourrons comme des cons » ou « la terre peut nourrir tout le monde mais pas la cupidité de quelqu’un ».  Ils ont inventé une nouvelle agriculture, changés d'ère, passés à l'ère de la coopération. La coopération dont la nature est bourrée, preuves que cela devait être la philosophie de la relation de l'homme avec la nature et l'agriculture.
La nécessité de nourrir une population nombreuse avec des sécheresses à répétition nous a poussé à choisir la bonne option. Comme dans le choix des énergies renouvelables.
Imaginez qu'a l'époque quelques multinationales avaient mis la main sur les semences et imposaient non seulement qu'on leur rachète leur semences chaque année mais leur catalogues était des plus petits et inadaptés au changement, ces semences obligeaient à mettre un maximum de pesticides. Evidement elles le vendaient aussi. Leur racket était doublé d'incompétence. Le démantèlement de Monsanto suite au scandale du maïs OGM qui fit des millions de morts, fut un coup d'arrêt. On disait : OGM oh J’ai Mal.  Maintenant la sélection des semences est laissée aux paysans. En revanche le titre de paysan sélectionneur jouit chez nous d'une grande considération comme au foot. Maitre semencier et commandeur semencier sont encore plus honorifiques. Cette sélection décentralisée, chaque région a ses semences, nous a permis de trouver l'arbre qui résiste aux embolies et nous permet d'avoir des fruitiers des arbres fourragers, des arbres fertiliseurs en symbiose avec les cultures. Ces paysages d'agroforesterie, ces haies corridors le long des routes et des trains, ces cours d'eau toujours ombragés par un corridor, non seulement nous protège de la morsure du soleil de canicule mais remet dans le sol ce mortel carbone et en plus  ils sont beau.
Imaginez qu'à cette époque les sols ne retenaient plus l'eau. Chaque pluie inondait et emportait ce sol, cet humus si précieux. A force d'engrais, de pesticides, de monoculture, l'homme avait tué dans le sol ces bactéries, vers de terre et si précieux champignons. Les sols étaient morts. Il a fallu de l'énergie à nos ancêtres pour refaire vivre. Heureusement l’ingéniosité et la ténacité sont la force de l'homme. Le grand dérèglement qui nous amène grandes et violentes pluies, lessivait ces sols. Maintenant nos sols bourrées de vers de terre, de champignons, nos innombrables étangs nous retient cette eau et nous aide a traversée sècheresses et canicules. Nos étangs nous alimentent en poissons et canards. Imaginez qu'à l'époque le régime était sucre, sel et viande à tout repas et  à tout âge. La nourriture était pauvre et sans goût. On bouffait excusez-moi d'être triviale de la merde, parfois même on en trouvait dans les biscuits, de la vrai merde...
Les animaux étaient élevées dans des camps de concentration sous antibiotiques permanent, sous calmants, les vaches ne mangeait pas d'herbes, les poules pas d'insectes...comme les plantes ils étaient malades. La viande n’était pas comme maintenant le signe d'un repas de fêtes, elle était pour eux une habitude. Ils nourrissaient leur enfants de sucre et des distributeurs de sucres étaient placés partout même dans les écoles pour qu’ils puissent se goinfrer un maximum. Il est vrai que la nourriture, notamment les fruits et les légumes n'avaient plus de goût. L'obésité et le diabète a sûrement plus tuée au 21 que le grand dérèglement, là j’exagère mais on saura jamais. Imaginez que 80 % des terres françaises en 2013 servaient à faire de la viande et du lait. Nous sommes je peux l'affirmer sans crainte, beaucoup plus gourmet que nos ancêtres. La généralisation des fruits comme desserts, l'association des enfants dans la cueillette des fruits, la fête des fruits, les arbres communaux, fruitiers des villes a changé nos habitudes.
Nous utilisons maintenant une grande partie de ces terres libérés pour faire notre matériaux de construction préféré le bois, le lin, le chanvre et notre énergie même si le formidable développement des énergies renouvelables nous assure un surplus d'électricité mais il s'agit d'une autre histoire même si tout est liées, le temps m'oblige à vous remercier Mesdames et messieurs, de votre attention et je crois qu'il est temps de boire un coup à la mémoire de courageux nos ancêtres.

lundi 11 janvier 2016

Dates Années Exceptionnelles au niveau du climat


CANICULES En France et Angleterre:
1719 (450 000 morts), 1747, 1779,1826, 1846,
1911,1933,1947,1983,1995,
2003 (15 000 morts mais record sur 500 ans),
2015


LES ANNÉES LES PLUS CHAUDES
(moyenne monde par ordre décroissant sur 150 ans)
2015,2014,2013,2010,2009,2005,2007,
1998,2002,2003,2006,2012,2011

HIVER TRES FROID
De 1800 à 1896 : tous les 3 ans
De 1896 à 1939 : tous les 22 ans
L’hiver 1941/42 fut terrible
De1948 à 1986 : tous les 5     ans
De 1986 à 2008 : rien



IL FIT TRÈS CHAUD OU TRÈS FROID :
²1788-89,1829-30,1846-48, 1917,2010