Archive du blog

vendredi 21 avril 2017

Élections. L’heure du choix pour les antinucléaires

Pas facile de choisir !

Impossible de trouver un candidat qui satisfasse à tous nos souhaits... Il convient donc, afin de faire le choix le plus judicieux, de lister et de hiérarchiser les problèmes que nous souhaiterions voir prendre en compte.

REZO

En vrac, on trouve la lutte contre le chômage, la sécurité, le pouvoir d’achat, la santé, l’école, les libertés, etc. Tous les candidats ont leurs propres recettes pour résoudre ces problèmes. C’est souvent de la poudre de perlimpinpin. Il est vrai que les promesses n’engagent que ceux qui y croient selon le théorème de Pasqua.

Il y a aussi un problème essentiel car il inclut en lui-même la sécurité, la santé voire la liberté mais qui est peu évoqué par les candidats, c’est la sortie du nucléaire. Où se place-t-il dans la hiérarchie des priorités ? Loin. Et pourtant…

Pourtant, la France – dont le tourisme, l’agriculture, les vins comptent pour une part prépondérante de son économie – ne se relèverait pas d’un accident nucléaire genre Tchernobyl ou Fukushima. Et elle causerait la ruine de ses voisins européens. N’est-ce pas là une question essentielle à l’heure du choix ? Mais ça n’arrivera jamais chez nous couinent les nucléocrates. Naïveté, duplicité, incompétence, ou les trois à la foi ? En matière de nucléaire, le facteur humain reste déterminant, et l’homme est tout sauf parfait. En témoignent les magouilles autour des certifications de certaines pièces essentielles (cuves, pompes) avec les faux rapports d’Areva et le laxisme d’EDF. La privatisation sournoise de la filière – et donc la recherche du profit avant tout, serait-ce au détriment de la sécurité – augmente encore les risques que fait courir à la France et à l’Europe cette industrie du passé.

Le problème du nucléaire, c’est que les conséquences des catastrophes sont sournoises et surtout infinies dans le temps et dans l’espace.

Et que dire des coûts ! Ayons la magnanimité de ne pas parler du fiasco total de l’EPR, tant au niveau technique que financier, mais le rafistolage des centrales à bout de souffle coûtera au bas mot une grosse centaine de milliards.

Et les déchets, dont on se sait que faire !

Et le démantèlement que l’on ne sait pas faire !

Et le pillage des ressources des pays pauvres en Afrique !

Et la fin programmée de l’uranium !

Il ne s’agit pas de réclamer l’arrêt immédiat et total de la filière nucléaire. Ce n’est pas possible à cause de l’impéritie de générations de gouvernants inféodés au lobby nucléaire et qui ont donné à cette énergie une place trop considérable, au détriment des énergies propres, renouvelables. Mais il s’agit de chercher le candidat qui a inscrit dans son programme la décision de sortir du nucléaire à une échéance raisonnable.

Un seul candidat en a fait la promesse ferme et définitive, c’est Mélenchon. Mardi, lui et ses hologrammes proclamaient : « Dans les 3 premières années, nous allons fermer 18 réacteurs nucléaires. » C’est clair, c’est raisonnable, c’est réalisable.

Revenons au problème du choix. Un candidat, même porteur de toutes nos espérances, n’est un choix efficace que s’il a des chances de gagner ! Les élections présidentielles sont impitoyables, il n’y a qu’un vainqueur. Pas de places d’honneur. Donc, pour avoir des chances de faire passer ce qui, aux yeux des plus lucides, est essentiel - la sortie du nucléaire - encore faut-il que cette proposition soit portée par un candidat ayant des chances réelles de gagner. Pour la première fois, cette formidable possibilité existe. Il ne faut pas la gâcher.

Pour tous ceux qui sont pour la sortie de cette folie qu’est l’industrie nucléaire, un seul choix s’impose : voter dès le premier tour pour Mélenchon. Même si ce n’est pas par adhésion à l’ensemble de son programme, mais parce qu’il est le seul en potentialité de nous sortir des griffes diaboliques des nucléocrates.

Le vote pour Mélenchon devient ainsi – pour les antinucléaires – le seul vote de raison.

jeudi 20 avril 2017

Forets: le beurre et l'argent du beurre

quelques remarques en rouge sur un passage de l'article de Florence Roussel.

et ce rappel historique
:

Un des premiers accords internationaux sur le changement climatique directement lié à la foresterie est la Déclaration de Nordwijk sur le changement climatique, élaborée en 1989. Cette déclaration a fixé pour objectif une croissance nette de la surface forestière de 12 millions d'ha/an d'ici au début du siècle prochain. Une réunion technique complémentaire tenue à Bangkok, en Thaïlande, en 1991 a conclu que les perspectives d'atteindre cet objectif étaient très limitées.
La déclaration soulignait que les terres forestières doivent être gérées de manière durable afin de répondre aux besoins sociaux, économiques, écologiques, culturels et spirituels des générations actuelles et futures. Ces principes, et Action 21, programme pour la protection de l'environnement au XXIe siècle également élaboré durant la CNUED (Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement, tenue à Rio de Janeiro en 1992), proposent des mesures de conservation des forêts visant à préserver les réserves de carbone et à renforcer leur sécurité.
la France s'était fixé l'objectif de boiser 30 000 ha de terres par an pendant les 50 prochaines années et de promouvoir des utilisations plus durables du bois, par exemple, dans le secteur du bâtiment (Ministère de l'agriculture et de la pêche, 1994) ...
Richard Fay



Exploitation forestière ou maintien du puits de carbone : la France face à un casse-tête

Calcul complexe
La forêt et le secteur des terres plus globalement (qui inclut l'agriculture) a un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique en tant que puits de carbone. L'Accord de Paris, signé en décembre 2015, demande d'ici la fin du siècle d'atteindre la neutralité carbone entre émissions et absorptions (Article 4.1) et de préserver ou renforcer les puits de carbone, y compris forestiers (Article 5.1). Le stock de carbone des forêts métropolitaines est estimé à 2,2 milliards de tonnes. Du fait d'une exploitation limitée, le puits forestier français a augmenté de 40% depuis 1990. Mais sortir plus 12 Mm3 de bois de la forêt française en 2026 ne sera pas sans conséquence sur sa capacité de stockage. On récoltait 53 Mm³ en 2015, ce qui donne un objectif de 65 Mm³ en 2026, soit le maximum de la disponibilité chiffrée par l'IFN et le FCBA. Le fort mauvais bilan prévisible étant que cette récolte supplémentaire sera utilisée pour le bois-énergie, brûlée quoi.

A contrario, ne rien faire et laisser la forêt évoluer d'elle-même pourrait aussi mettre en péril sa capacité de stockage : "le changement climatique a déjà, et aura un impact important. La gestion, pour être durable, devra éviter que la combinaison entre augmentation des risques, insuffisance de prélèvement, et vieillissement des peuplements, ne conduise à des dépérissements qui pourraient non seulement menacer la survie de nos forêts, mais aussi réduire, voire inverser fortement et durablement le puits de carbone forestier", explique la déléguée interministérielle à la forêt et au bois dans son rapport de mission publié le 13 avril. Propagande ! Une variante du slogan productiviste qui proclame qu'il faut couper les arbres avant qu'il ne meurent. Ha M. Cochet, imiter la nature, hâter son oeuvre ! Effectivement on doit s'attendre à ce que le réchauffement planétaire induise des changements dans la compostion des forêts et dans la production biologique, mais les populations végétales sont naturellement résilientes. Ce n'est pas parce qu'on sylvicultivera plus que ça se passera mieux pour les forêts, et notamment pas en prélevant plus dans le réservoir biologique. Mais par contre cultiver c'est mieux pour la production de bois, là d'accord. Surtout si on cultive pour élever du bois destiné à la construction et à l'ammeublement. Encore faut-il ne pas se gourrer, quand on s'en mêle ... souvent on s'emmêle. Le gros risque pour la survie des forêts, ben en fait c'est nous.

Reste à savoir quelles pratiques sylvicoles mettre en place pour exploiter au mieux cette forêt. Les choix sylvicoles peuvent augmenter ou non la capacité de stockage. La sortie du bois pour une utilisation en matériaux conserve cette fonction de stockage tandis que les usages énergétiques du bois émettent du CO2 mais permettent une substitution à des énergies fossiles. Le calcul de l'évolution des puits de carbone est donc très complexe et les incertitudes scientifiques persistantes ne facilitent pas les réflexions.

mardi 18 avril 2017

Abracadabois à la zad



Abracadabois à la zad
Nous étions une bonne centaine à nous retrouver pendant trois jours, fin janvier 2017, à la zad de Notre Dame des Landes, à l’invitation d’Abracadabois. Ce groupe réunit des habitants qui cherchent à aborder collectivement la question des forêts et des haies sur la zone. D’abord pour mieux les connaître et pour pouvoir identifier les différentes essences, ensuite pour imaginer ensemble comment trouver un bon équilibre entre l’envie de satisfaire les besoins en bois de construction et de chauffage, et le désir partagé par tous, de protéger et respecter ce milieu naturel. Un questionnement souvent conflictuel...
Lien direct vers cette émission : http://www.zinzine.domainepublic.net/?ref=2900

A+, Nicholas Bell, Radio Zinzine