Archive du blog

mardi 26 mars 2019

Acte 15 a Gap


Soirée de soutien aux gilets jaunes des Hautes-Alpes qui passent en justice

Le 30 mars au Lieu en face de la Poste à Embrun:
www.lelieu.net 

Soirée de soutien aux Gilets Jaunes !
Ils passent en justice pour avoir fait quasiment rien  !

Vinci veut les dépouiller !
Tony Grisotoni - Melanie et compagnie
A 19 h ouverture des portes apéro
20 h Mascarade de soutien
Venez nombreux soutenir ceux qui luttent frappé par la répression.

Tony Gavila-Grisotomi gilet jaune des Hautes-Alpes a été blessé au péage de La Saulce lors d'une opération de blocage du péage, il s'est fracturé le crane et la mâchoire le 27 décembre. Il va mieux. Mais il est poursuivi par Vinci qui lui réclame 50 000 €  de frais de dégradations (rien n'a été dégradé pourtant). Il passe en jugement le 4 avril. Il n'a pas de mutuelle et il a eu déjà 1000 € de frais non remboursé ca ril a pas de mutuelle. Nous vous invitons a l'aider financièrement.
Sa cagnotte:
https://www.lepotcommun.fr/pot/f85mtx3j

dimanche 24 mars 2019

Privatisation le rapport qui tue

Résumé d'un rapport parlementaire complet d'expert en hydraulique sur le conséquences de la privatisation : rapport complet ici


Synthèse:
Dans ce rapport des experts travaillant depuis de nombreuses années dans l'hydraulique et les barrages expliquent les rôles des barrages et les dangers et dérives d'une gestion privé des barrages:
-l'hydraulique n'est pas délocalisable, pourquoi la privatiser et qu'une partie soit aux mains étrangère: quand les décisions se prendront à Oslo ou Pékin, seront gérer en fonction des intérêts de la population locale.
-La sécurité des barrages coutent chers et le privé investi t’il sur 70 ans ! En 2017, l’endommagement de l’évacuateur de crues du barrage californien d’Oroville, aux États-Unis, était due à des vices de maintenance sur les ouvrages, ont mis en péril l’intégrité de l’ouvrage, durant une
période de fortes pluies, entraînant l’évacuation préventive de 200 000 personnes à l’aval. Le pire aurait pu arrivé. Peux-ton faire confiance à TOTAL qui souhaite racheter nombre de barrages pour investir dans le sécurité ? AZT à Toulouse et l'Erika ne plaide pas en sa faveur ! Une société qui possédera quelques barrages aura t'elle l'expertise technique pour maintenir son barrage ?
Les barrages stockent 75% des réserves d’eau douce de surface de la France, et à ce titre, contribuent à bien d’autres choses que la création d’une valeur économique du kWh (agriculture, tourisme, eau potable,
environnement, industrie, navigation…) : c’est le multi-usage de l’eau. Produire moins de KWh pour le tourisme ou l'agriculture, une société privé le fera INÉVITABLEMENT PAYER. Les barrages du Rhône sont privatisés à ENGIE. Cette société fait payer plusieurs millions d'euros par semaine pour l'eau quelle lâche.
De nombreux pays européens ont gardés public leurs barrages et refusé la privatisation demandé par l'Europe en classant ses barrages comme stratégiques. Apparemment la volonté de quelques multinationales de l’énergie, notamment TOTAL qui sont investir le monde de l'électricité pour préparer l’avènement des voitures électriques a été trop fort en France !
Privatiser les barrages, va réduire les investissements de sécurité, rendre impossible la coordination des barrages entre eux ! Moins d'ingénieurs, plus de juristes et d'avocats ! La ENGIE qui possède les digues de Tricastin c'est disputé avec EDF retardant le renforcement des digues ! L'ASN a été obligé d'arrêter Tricastin pour les obliger a se mettre d'accord ! Les travaux fait en urgence aurait pu provoquer un black-out (panne générale d'électricité) si l'hiver avait été froid !
Le refroidissement des centrales nucléaires risque d'être complexifié pouvant entrainer des arrêts d'urgence (cela a déjà été le cas sur le Rhône).
Les risque de blackout seront plus important, les barrages étant les jokers en cas de panne, attentat comme ce fut le cas à Tricastin en 92-94.
Le surcout de la coordination difficile et faisant l'objet de compliqué contrat entrainera un surcout qui sera facturé aux consommateurs.