Archive du blog

mercredi 9 décembre 2020

Nucléaire : L'empire contre-attaque

 

En temps que vieux observateur du nucléaire, de mémoire j'ai pas vu de contre attaque d'une telle ampleur depuis la longue série de Bérézina de la filière nucléaire.
Il faut remercier ses dirigeants (si vraiment) pour ce long suicide depuis une décennie ( en espérant que cela pète pas) !

Résumons :

Vente de la centrale nucléaire l'EPR a la Finlande 3 milliards qui en couté déjà 10  sans marcher. Le délai étant tellement dépassé que la France paye une centrale a gaz à la Finlande !

EDF achète des centrales anglais qu'elle revend en perdant un gros paquet !

EPR de Flamanville qui explose les délais, malfaçons et couts (fois 3) : 2024 mise en service avec une cuve fêlée irremplaçable !

Scandale Uramin, plusieurs milliards étourdis dans des mines sans uranium en Afrique grâce aux talents de l'atomic Anne. Dans cette épisode on voit de beaux personnages comme Balkany, des milliards perdus (pas pour tout le monde) !

Areva en faillite racheté par EDF qui éponge la douloureuse.

EDF en faillite par le pillage du rachat de l'électricité  pas cher par leur concurrent, mécanisme voulu par l'état ! L'état tire sur la filière qu'il défend !

En une décennie le nucléaire moins cher que l'éolien et le photovoltaïque est devenu plus cher ! Malgré les prédictions de Mr Jancovici le prévisionniste énergie qui en 2007 nous disait que les énergies renouvelables n’étaient pas crédibles, que le pétrole allait manquer en 2010 - 2015 ! Lui prévoyait il y a dix ans que l'éolien compétitifs arriverait en 2040 comme le nucléaire de 4eme génération. Pas de chance, l'éolien est là et l'EPR toujours pas (la génération 3) !

 Lancement de Hinkley Point EPR anglais avec les chinois a la rescousse, et démission du directeur financier (les français assume le risque, les chinois les bénéfs) !

Mais l'empire a de le ressource et contre attaque  une nouvelle génération d'acteurs est à la manœuvre (les vieux arrogants crasses du nuke sont partis dommage, reste les croyants fervents qui sont motivés!):

Hercule ou le démantèlement d'EDF, les beaux morceaux au privé (réseau, ENR, services, barrages)  et le nucléaire au public  : Objectif ramasser  des dizaine de milliards pour financer la reconquête.

Guerre numérique sur le web avec comme objectif porter le  discrédit sur les renouvelables:  leur prix est imbattable,la population les croient parfaites.
Moralité, il faut grossir leurs cotés polluants, faire croire que leur intermittence est sans solution. Rajouter du pathos: elles provoquent les cancers en chine, font creuser les enfants au Congo, chasser les indiens aux Mexique. Les renouvelables sont le problème, pas le capitalisme.
Mr Jancovici est encore a la manœuvre, il affirme que le point faible des renouvelables sont les ressources minières (obliger de changer de fusil d'épaule, les prévisions d'hier étant fausses au sujet des renouvelables !). Les journaliste se ruent, ils adorent lyncher ce qu'il s ont encensés la veille ( sans trop étudier le problème, la technique c'est pas leur culture, c'est chiant, compliqué et sans trop de pathos).

Objectif convaincre que "le nucléaire est un mal nécessaire !"( la preuve, ça rime)

Opération de charme de Macron, visite de l'usine du Creusot,

Lancement d'un projet de porte avion nucléaire

Nucléaire : la décision de construction de nouveaux EPR sera prise au plus tard en 2023

Prolongation des vieilles centrales nucléaires au delà des 40 ans (elles étaient prévues pour trente)

Une grosse offensive médiatique, pour faire avaler la pilule. Le coté obscur attaque !

Une coupure cette hiver en électricité serait parfaite si on l'explique bien que c'est la faute aux écolo

 (alors que le risque vient des arrêts de tanches pas fait pendant le confinement de printemps, bref une fragilité du nuke)

Un super production qui va nous couter un bras!

 ( et peut être en rajouter a nos descendants)


 

dimanche 6 décembre 2020

Gréce en direct de notre futur

 Les Grecs en lutte : grève et manifestation


Par le Parti de la démondialisation
Le 1er décembre 2020

Le 26 novembre 2020, les Grecs étaient en grève dans plusieurs secteurs clés. En grève contre l’offensive du gouvernement complice des grandes entreprises, qui ne soumet aux parlementaires que des projets de loi servant les intérêts du patronat comme, par exemple, la journée de travail de 10 heures pour un salaire mensuel de 200 euros… . Nous ne pouvons plus ignorer que la Grèce est un laboratoire antisocial ultralibéral : l’UE et le gouvernement grec y testent les pires mesures, en évaluent résultats et réactions du peuple. SI ça passe, c’est ensuite appliqué dans d’autres pays de l’Union européenne… Solidaires avec le peuple grec, nous savons que leurs luttes sont aussi les nôtres.

Des dizaines de fédérations, de centrales syndicales et de syndicats dans tout le pays ont appelé à la grève le 26 novembre. Parmi eux, les fédérations des médecins hospitaliers, des constructeurs, des travailleurs de l'industrie pharmaceutique, des centres de travail d'Athènes, du Pirée, de Patras et de dizaines d'autres villes. Les syndicats du transport maritime ont décidé d'organiser une grève nationale de 24 heures ainsi que les transports urbains d’Athènes. Tous sont en lutte contre l'offensive féroce du gouvernement et des grandes d’entreprises. Les citoyens qui se sont mobilisés dans toute la Grèce lors de la commémoration du soulèvement de l'Ecole Polytechnique du 17 novembre ont transgressé les interdictions du gouvernement.

En effet, au lieu de prendre des mesures visant à protéger la vie et la santé de la population, le gouvernement grec, Nouvelle démocratie (ND), soumet aux députés des projets de loi dictés par la Fédération hellénique des entreprises comme par exemple :

- journée de travail de 10 heures pour un salaire de 200 euros
- travail non garanti et non rémunéré, à la convenance des entreprises
- suppression du repos du dimanche
- transfert de la sécurité sociale aux groupes privés
- ventes aux enchères des biens publics…

Dans un contexte de crise sanitaire, ces mesures visent à renforcer les grands groupes capitalistes et resteront en vigueur après la fin de la pandémie. Pour les faire perdurer sans heurts et tenter d’éteindre toute contestation populaire, le gouvernement ND prépare un nouveau projet de loi visant à abolir complètement les droits et libertés syndicales.

Pour l’Union européenne (UE), la Grèce continue d’être un laboratoire. Ce qui s’applique en Grèce est appelé à s’imposer dans tous les pays membres.

La réponse du peuple grec à son gouvernement inféodé à Bruxelles et au patronat vigoureuse et victorieuse prend doublement de l’importance. Car l’intimidation et la peur doivent changer de camp. La lutte, sous toutes ses formes, doit se généraliser sur tous les lieux de travail et dans la rue.

Les citoyens grecs exigent :
• la réquisition immédiate des urgences, des unités de soins intensifs, de tous les lits, des centres d'analyse et des laboratoires des hôpitaux privés ainsi que de leurs médecins. La réouverture des hôpitaux fermés ces dernières années ;
• le renforcement immédiat du personnel de santé par un recrutement massif de médecins dans toutes les spécialités, et d'infirmiers. La titularisation de l'ensemble du personnel contractuel et auxiliaire du secteur de la santé ;
• le recrutement de personnel dans les transports publics et l’augmentation des fréquences de trajets ;
• le versement d’une allocation ‘’exceptionnelle’’ pour tous les chômeurs, sans conditions ;
• la gratuité de l'électricité, des communications, de l'eau et du gaz, pendant la durée des mesures sanitaires de confinement. L’arrêt des coupures de ces services pour les ménages des catégories populaires ;
• la suspension des remboursements de crédit aux banques ;
• la suspension des ventes aux enchères ;
• L’annulation des dettes des ménages les plus pauvres. 

 

https://pardem.org/actualite/1087-ca-bouge-en-grece-1