Archive du blog

vendredi 29 novembre 2019

Tri-Casse-Craint

Coordination antinucléai re du sud-est
contact presse : 06 60 76 04 03

Le communiqué de presse du 26/11/2019

 Scandale : durant le séisme du Teil, les capteurs sismiques de l'IRSN au Tricastin ont été en saturation. Une information gardée secrète pendant 15 jours !


0_logo_pdf.pngDans une note publiée sur son site internet, ce 26 novembre 2019, l'IRSN confirme ce que nous disions dès le 11 novembre : le site atomique du Tricastin a ressenti plus violemment qu'à Cruas le tremblement de terre. C'est ce site atomique qu'il faut mettre à l'arrêt de toute urgence. A tel point que les capteurs installés en plusieurs points se sont trouvés en "saturation" maximale. L'information a été tenue secrète pendant 15 jours après le séisme du Teil (Ardèche). Scandaleux !
__
2019-11-11_seisme_implantation-capteurs-IRSN_Tricastin.jpgl'IRSN avait et a des capteurs sismiques implantés autour du site du Tricastin dans le cadre d'une étude sur les mouvements du sol sur le long terme. Trois capteurs exactement dont deux en très grande proximité du site atomique. Ces capteurs sismiques ont enregistré localement les impacts du séisme du 11/11/2019 au Teil, notamment l’amplification du mouvement sismique à partir de l'épicentre. La ramification de la faille à l’origine du séisme est localisée à environ 12 km de la centrale nucléaire de Cruas et à une vingtaine de kilomètres de la centrale du Tricastin dans la vallée du Rhône.
Tricastin encore plus touché par le séisme du 11 novembre que Cruas
Or les mesures que vient de publier l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) ce mardi 26 novembre sur son site internet, soit 15 jours après le séisme (1) indiquent que c'est au Tricastin que les mouvements sismiques ont été " nettement plus forts et de durée plus longue que ceux mesurés pour le site rocheux, pourtant plus proche de l’épicentre du séisme". A tel point que "  les capteurs installés sur le remplissage sédimentaire ont atteint la limite de leur plage de mesure (phénomène de saturation). "
15 jours d'omerta et de mensonges à la population
2019-11-11_seisme_capteurs-IRSN-saturation_Tricastin.jpgL'IRSN a tenu secrète cette information capitale notamment pour la population et l'impérieuse nécessité de mettre à l'arrêt l'ensemble du site du Tricastin. L'institut conclu que ces mesures " confortent également les expertises de l’IRSN notamment, dans le cadre des derniers réexamens de sûreté pour les installations du site du Tricastin, concluant à la nécessité qu’EDF et ORANO évaluent les éventuels effets de site sur la base de mesures et de modélisations. "
On comprend mieux pourquoi Orano-Tricastin avait mis à l'arrêt le 11 novembre certaines de ses installations de manipulation d&#39 ;uranium au Tricastin. Mais pourquoi pas toutes ? et pourquoi EDF n'en a pas fait de même alors que les 4 réacteurs nucléaires, vétustes et délabrés, sont construits sur des marnes instables et se trouvent au dessus de locaux géotechniques inondés et radioactifs ? D'autant que l'ensemble du site atomique et sa dizaine d'installations nucléaires est situé sous le niveau d'eau du canal de Donzère-Mondragon qui le borde et le surplombe. Et quid de la plus grande écluse haute de 23 mètres qui se trouve en aval du site atomique et dont les portes peuvent être dangereusement fragilisées par ce tremblement de terre.
La réponse, sordide, tient en deux termes : VD4 et Fleur
"VD4" c'est la visite décennale de prolongation possible des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans. C'est ce que veut, espère et exige EDF. Le réac teur n°1 du Tricastin est le réacteur-test au niveau national. Si il passe cette visite c'est feu vert pour les 57 autres réacteurs nucléaires implantés un peu partout en France. L'enjeu financier et de mégalomanie est immense pour l'électricien. Pas question que la population informée de la réalité se mette en travers de cet objectif.
"Fleur" c'est le doux nom donné par Orano (ex-Areva) à l'implantation d'une nouvelle installation nucléaire de retraitement de l'uranium qu'elle veut implanté sur le site du Tricatin. Une sorte de La Hague bis (Tout ce qui est dégueulasse porte un joli nom). Le nucléariste a présenté son dossier dernièrement pour avis obligatoire à l'Agence de l'Environnement. Dans celui-ci on peut y lire en toute lettre - et l'avis de l'AE reprend à son compte le mensonge - que le site nucléaire du Tricastin n'est pas sur une zone à risque!
Il est clair que la  nucléocratie, sans opposition radicale de la population continuera sa folle course suicidaire faisant fi des habitants et des territoires. Il faut arrêter le bras de ces criminels et exiger la mise à l'arrêt immédiat de toutes les installations nucléaires du Tricastin et la fermeture définitive et inconditionnelle du site atomique.
__
https://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20191126_NI-Seisme-du-Teil-11112019.aspx

lundi 25 novembre 2019

Retraites, Emplois, Salaires, Conditions de travail…
En grève et en manifestation dès le 5 décembre,
Agissons pour le progrès social !


Au service exclusif des riches et de la finance, le gouvernement met en cause les conquis sociaux et les solidarités. Il met en opposition travailleurs et privés d’emploi, actifs et retraités, ouvriers ou employés et cadres, salariés du public et du privé…

Le 5 décembre exigera le rejet «en bloc» du projet de réforme des retraites qui impactera négativement le niveau des pensions. Privé et public : on est tous concernés !

Au delà des retraites, conditions de travail, rémunérations, assurance chômage, système de santé, vont être au cœur des luttes à mener après le 5 décembre.

Notre système de protection sociale et notre régime de retraite sont les meilleurs au monde. Ils ne sont pas condamnés.

Départ à taux plein à 60 ans, prise en compte des pénibilités, années d’études et précarité, augmentation générale des pensions : La CGT se bat pour une autre réforme des retraites !

Ce combat est celui de toutes et tous : avec ce projet de réforme, les solidarités laissent place au «chacun pour soi», l’insécurité sociale l’emporte sur notre sécurité sociale.

Soyons nombreuses et nombreux vendredi 5 décembre à répondre à l’appel à la grève et à la manifestation intersyndicale de Gap, Rondpoint de l’Europe à 14 h 00.
La manifestation sera suivie d’une AG à 16 h 00 devant la préfecture pour débattre ensemble des suites nécessaires à donner.

Toutes et tous dans la rue le 5 décembre 2019 !

C’est la meilleure façon de prouver l’étendue de notre colère !

Amazon serial killer de l'emploi et de l'environnement

Consultez le rapport en cliquant sur ce lien.

Chiffres et données à l’appui, cette étude expose au grand jour les conséquences dramatiques de l’activité d’Amazon en termes de fiscalité, d’écologie, de conditions de travail et d’impact sur les territoires.
Ce rapport présente les conclusions des calculs menés par les équipes des trois organisations concernant l’évasion fiscale et l’impact climatique d’Amazon, alors que la multinationale vient de publier son premier bilan carbone, qui parait être largement sous-évalué, et que ses premiers engagements environnementaux n’ont pas été tenus.
Selon Raphael Pradeau, porte-parole d’Attac : « Amazon pratique une évasion fiscale massive qui lui permet, selon nos estimations, de dissimuler 58% de son chiffre d’affaires réalisé en France. Non seulement cela a des impacts négatifs sur les recettes fiscales de l’État, mais cela contribue à renforcer la position dominante d’Amazon vis-à-vis de ses concurrents, qui payent en proportion de leur activité davantage d’impôts ».
Pour Alma Dufour des Amis de la Terre, « En vendant plus de 15 milliards de produits dans le monde et générant l’équivalent des émissions annuelles du Portugal rien que pour ses activités de stockage des données, Amazon est une des multinationale qui a le plus lourd impact sur le climat. Jeff Bezos ment tout simplement au grand public en affirmant qu’Amazon peut respecter l’accord de Paris sans réduire les ventes de produits et sans cesser la livraison par avion ».
Cette étude présente également les premiers éléments concernant l’impact économique d’Amazon sur les territoires où l’entreprise s’implante. Ainsi, les premiers chiffres, concernant les États-Unis, montrent que pour 1 emploi créé par Amazon, 2 emplois sont détruits dans le secteur du petit commerce.
Enfin, témoignages à l’appui, ce rapport montre comment l’arrivée d’Amazon bouleverse les conditions de travail dans l’ensemble du secteur de la distribution et de la livraison et comment la multinationale innove au détriment des salarié·e·s.
« Amazon développe sa présence en France en faisant travailler majoritairement des personnes ayant des contrats précaires, notamment en intérim, qui s’épuisent dans des entrepôts gigantesques de plus en plus robotisés et qui nécessiteront de moins en moins d’emploi  », dénonce Didier Aubé de Solidaires.
Ce rapport est publié alors qu’Amazon doit faire face à une augmentation significative d’actions et luttes citoyennes qui mettent à l’index ses méfaits, avec à la clef des victoires inspirantes qui sont évoquées dans le rapport.
Dans le prolongement de l’appel lancé « Contre Amazon et son monde » par des personnalités telles que Ken Loach, Alain Damasio, Priscillia Ludosky, ou encore des économistes, syndicalistes, écologistes, gilets jaunes, libraires et maisons d’éditions, le 29 novembre des dizaines d’actions seront organisées partout en France pour transformer le Black Friday en « Vendredi noir pour Amazon ».