Archive du blog

mercredi 15 juin 2016

Le bois energie: Chauffer tue ? Cas particulier de la vallée de l'arve (vallée alpine encaissée)












Le plan de protection de l’atmosphère

Dans  la  Vallée  de  l’Arve,  un  plan  de  protection  de  l’atmosphère  (PPA),  a  été  approuvé  par  arrêté préfectoral le 16 février 2012. Il identifie la combustion de biomasse, les transports et l’industrie comme sources locales principales de  la  pollution atmosphérique dans la vallée. Entre autres, les appareils de chauffage au bois individuels peu performants et les foyers ouverts sont de gros émetteurs de particules fines.  Le  PPA  de  la  Vallée  de  l'Arve  couvre  41  communes  dont  28  sont  classées  comme  «  communes sensibles » à la qualité de l'air. Il s'étend de la basse Vallée de l'Arve à Chamonix et concerne plus de 150 000 habitants.
En  effet,  de  nombreux  dépassements  des  normes  en  vigueur  sont  constatés  depuis  plusieurs  années pour  plusieurs  polluants.  Des  dépassements  de  la  valeur  limite  PM10  ont    même  déjà  atteint  le  seuil d’alerte  sur  Passy ;  des  dépassements  de  la  valeur  cible  pour  le  benzo(a)pyrène  à  Passy ;  des dépassements de la valeur limite pour le dioyde d’azote à St Gervais les Bains et du seuil d’information et de recommandations à Chamonix ; des dépassements de la valeur cible des niveaux d’ozone… Ce plan d’actions est destiné à réduire la pollution de fond en agissant notamment sur la situation préoccupante des particules fines (PM10).
Le plan porte donc ses efforts sur les trois principaux émetteurs de cette pollution : le secteur résidentiel (61% des PM10, dont 90% dus au chauffage domestique), le secteur des transports (23% des PM10, 3/4 des oxydes d’azote) et le secteur industriel (12% des PM10).
Depuis  l’approbation  du  PPA,  des  actions  ont  été  engagées  pour  les  trois  principaux  émetteurs  de pollution aux particules fines. Les actions les plus significatives ont été prises dans le secteur résidentiel  avec  un  cadre  réglementaire  presque  abouti  aujourd’hui.  Le  principe  est  d’imposer  une  valeur  limite d’émission aux installations de chauffage au bois. Les nouvelles installations et les installations d’un bien mis en vente doivent désormais respecter ces normes. 

Aucun commentaire: