Archive du blog

mercredi 4 novembre 2020

Bientot la Giraud taxe sur vos routes nationales (privatisation des nationales)

La privatisation des nationales est en marche !

    La privatisation de biens communs est nécessaire pour les capitalistes: ils ont beaucoup de monnaie à la suite de la création de monnaie par les banques centrales qui a atterrit dans la bourse et leurs bourses. Cet argent est virtuel et quiconque en possèdent beaucoup peut l'investir soit dans l'économie réelle peu profitable (ils le font peu) ou dans la bourse normalement très profitable mais devenue casse-gueule avec la pandémie, le climat et le surendettement de tous, l'instabilité bancaire. Transformer des biens virtuels en biens réels est une nécessité, le mieux est de l'investir dans des monopoles gérés par le public, là c'est le jackpot, de la sécurité et du profit !

Le gouvernement accélère pour privatiser et dégager du cash surendetter qu'il est depuis le renflouement des banques en 2008 et la crise du corona: les lignes à haute-tension électriques, les autoroutes de l'électricité (RTE), les réseaux de distribution de l'électricité (ENEDIS), vos fameux compteurs linky, les barrages, les énergies renouvelables, l’eau potable, les réseaux gaz (vente d'ENGIE), la vente de Suez a Véolia.

 La privatisation en cours de la santé bute politiquement sur la pandémie, l'école est sensible, le privé s'attaque auxétudes supérieures le reste suivra surement rapidement avec la dégradation de l'école... 

Reste aussi un domaine inexploré, les routes nationales, les autoroutes rentables ayant été pratiquement toutes vendues. 

La privatisation des autoroutes soldées au privé à moins du tiers du prix réel a été une formidable gâterie pour les VINCI, EFFAGE et consort. Elles recueillent annuellement les délices de cette privatisation des milliards. Le choix discret ces dernières années de transférer les routes nationales aux départements et villes fut finement jouer ! 

Ce transfert condamne ces collectivités a des choix dramatiques: de l'argent pour les routes ou les pauvres ! Un département comme les Hautes-Alpes, montagneux, peu peuplé, se retrouve comme bien d'autres avec une impossibilité d'entretenir ses routes nationales et les obligent à faire appel au privé. Transférer les routes aux départements est la méthode la plus pernicieuse pour démanteler une mutualisation des couts: si on devait faire payer aux 4 habitants d'un hameau leur route, ils seraient ruinés En réaction, ils mettraient immanquablement un péage pour quiconque l'utilise. 

Ce fut le cas avant la révolution et la revendication d’abolir les péages, une des principales revendications du moment (et tous les impôts inégaux). Les routes coutent chers et leur entretien aussi. 1 millions de kilomètres de routes existent en France. Le réseau est déjà trop gros et de moins en bien entretenu donc coute de plus en plus cher. Mais les privatiser condamnent les plus pauvres comme avant la révolution. A l'époque, le dégout qu’inspirait ces péages était aussi que leurs recettes étaient bien souvent pas du tout employées à l'entretien des routes mais détournées comme rente aux plus riches. Nos ancêtres payaient des routes déplorables. Ils furent un tant abolis avant de revenir avec Napoléon le traitre de la révolution.
La révolution veut aussi dire faire une 360 ° et revenir au point de départ, nous y sommes.


Qui fréquente les routes nationales, notamment la nuit y voit maintenant une armada de petits camions immatriculés en Europe de l'est, évitant les autoroutes a péages et livrant la nuit les Amazon et consort... Le cout énergétique de ces petits camions est énorme, le choix d'emprunter les nationales les dégradent. Les routes nationales privatisées, va t'on les voir emprunter les départementales, les chemins vicinaux ?

Notre député, le bien aimé Joel Giraud dit "Giraud, Girouette, J'y reste" vient de faire adopter un amendement permettant de considérer qu’une autoroute peut être une route nationale, une simple route. Il vous dira ainsi, lui le retors de la rhétorique qu’on ne privatise pas les routes nationales ! Le comble ! Il faut dire que monsieur est expert-senior en foutage de gueule (voir comment il a combattu la taxe pour le climat sur le poids des véhicules en affirmant que dans le 05 tout le monde ici était obligé d'avoir un 4*4!)

La démocratie est l'art de prendre des décisions en expliquant clairement les choses. Nier est une méthode profondément anti-démocratique. Les as de la bureaucratie comme Mr Giraud en sont les protagonistes. Les voir s'étonner que le bullshit complotiste existe est paradoxale. Leur méthode (nier la réalité) en est une des causes. A force de dire de la merde, ils s'étonnent que ça chlingue grave.

 Il est toujours étonnant de voir ces personnes ayant fait toute leur carrière dans le public avec la sécurité de l'emploi être d'une telle servitude envers les intérêts privés au nom du pragmatisme public ! Déjà en mai 2019, il nous expliquait que la privatisation des barrages n'existait pas. Prendre les décisions en douce pour décider du sort de biens aussi fondamentales est profondément anti-démocratiques et vicieuse. Vieille pratiquent manipulatrice…la perversité du pouvoir est peu étonnante vu le profil psychologique des puissants.

 Si vous êtes si fier de vos mesures et de votre supériorité intelligente, débattons ‘clairement, avancez démasqué ! Dites ce" que vous pensez en off,: "la gestion publique c'est de la merde, le privé de la bonne gestion !" Vous avez le droit et cette opinion entendable et à débattre démocratiquement preuve contre preuve ! Rationnellement comme vous aimez le dire, vous les intégristes du marché libérale ! On verra qui sont les idéologues ! La rationalité est l'art d'argumenter et de s'appuyer sur des faits.

Notre hypothèse, vous avez peut-être peur d'une maladie ! Avez-vous peur d'attraper le virus de la démocratie et de la réflexion sur les biens publics ? Ce débat risque-t-il de contaminer les citoyens et les infecter d'une maladie incurable pour eux: l'argumentation et la preuve par le réelle et le passé (le cas des autoroutes, de l'eau potable, des banques et tout ce que vous avez vendu ces 40 dernières années). Privatiser un bien commun est une spoliation de tous au profit des rentiers....vous parler de gaspillage public mais mème si s'était vrai, ne vaut'il pas mieux entretenir une minorité de fonctionnaires qui abusent que payer des gros actionnaires....Vous montrez les petits abus (dont au passage vous êtes les piètres gestionnaires) pour justifier une spoliation généralisée.

La privatisation des routes nationales est en marche...il s'agit exactement d'une marche arrière, retour vers le passé...

Le rouage et le péage au moyen age était une taxe payée pour le passage sur une route. La privatisation est un rouage du capitalisme dévorant la société...

Ils veulent élargir les privilèges des rentiers et nous élargir le cercle de nos contributions !

Un peu d'histoire de France: "L’Ancien Régime était apparu paralysé par des institutions ankylosées que l’État se révélait incapable de moderniser. Il avait bien tenté de supprimer les péages mais, prisonnier de la logique du privilège sur laquelle reposaient ses prétentions à l’autorité absolue, il s’était engagé à les rembourser. Autant dire qu’étant donné la situation désastreuse des finances royales, c’était surseoir sine die à l’exécution de ce projet. La monarchie n’était donc pas parvenue à répondre à la demande pressante de réformes dans la dernière décennie de l’Ancien Régime. La conjonction du caractère inévitable à long terme de la suppression des péages et de la spontanéité de deux crises consécutives, en 1788 et 1789, ne fit qu’exacerber la détestation du péage.

 

Certaines personnes appellent à se réunir le 17 novembre de 15 à 18 voire 19 h au rond-point des sénateurs pour protester contre la privatisation des routes nationales et le bétonnage des sols (voir article là-dessus). Bien sur en pleine pandémie, vu que s’est répréhensible, nous n’appelons pas à se réunir ce jour là dans une ambiance chaleureuse avec masques et gel hydroalcoolique. Nous déplorons que l’inauguration d’un péage symbolique soit programmée et nous n’incitons surtout pas les gens à venir passer une heure ou l’après midi pour montrer notre désaccord, leur colère et leur détermination. Mais il peut être aussi déplorable que le pouvoir crie à l’inconscience de se réunir en pleine pandémie dehors pendant qu’il continue à privatiser en plein mois d’aout des biens fondamentaux, pendant la mi-temps d’une pandémie. Peut-être que l’esprit de responsabilité voudrait qu’en ces périodes de pandémie, les gros choix démocratiques soit ajournés et que des questions aussi sensibles soit remis à des jours ou le débat pourraient avoir lieu tranquillement. En bref, il ne faut surement pas confondre la cause et les conséquences, c’est-à-dire qu’il est surement plus honteux gouvernants de prendre des décisions de privatisation pendant le covid que de protester contre la spoliation. L’irresponsabilité est dans quel camp ?

 Ne venez pas le 17 novembre et ne faites pas passer le message ! 

Tract a ne pas diffuser:

Ajouter une légende

 

 https://app.agorakit.org/groups/1620/files/7775/download

https://app.agorakit.org/groups/1620/files/7776/download 

https://app.agorakit.org/groups/1620/files/7777/download

Quelques articles sur le sujet

 https://www.liberation.fr/checknews/2019/06/23/une-privatisation-des-routes-nationales-est-elle-envisagee-par-le-gouvernement_1734349

 https://www.ram05.fr/wordpress/vers-une-privatisation-des-routes-nationales/

 

Aucun commentaire: